La banque en ligne Revolut confirme avoir fait l’objet d’une cyberattaque. Dans cette opération, un tiers non autorisé aurait accédé aux informations personnelles de plus de 50 000 clients pendant une courte période, a indiqué son porte-parole Michael Bodansky, le 20 septembre. Cela étant, la société assure que les détails de cartes et les codes PIN des comptes concernés n’ont pas été exposés et que l’attaque a été isolée pour limiter son impact.

Une attaque de faible ampleur

Revolut déclare avoir identifié une attaque malveillante de sa base de données le 10 septembre dernier. Après avoir isolé la menace le lendemain, l’entreprise a contacté les clients dont les données confidentielles ont été consultées par l’auteur de l’acte. La néo-banque a ensuite envoyé un mail à 50 150 utilisateurs, ce qui représente à peu près 0,16% de sa clientèle mondiale (20 millions de personnes).

Bien que l’impact soit faible, Revolut assure prendre l’affaire au sérieux. La banque aurait formé une équipe chargée de garantir et de sécuriser les données et l’argent des clients. Dans une déclaration à TechCrunh, Michael Bodansky a fait savoir que la sécurité des clients est une priorité absolue chez Revolut.

Aucun vol de fonds signalé

L’attaque contre Revolut n’a duré qu’un petit laps de temps durant lequel le pirate a récupéré des noms, des adresses physiques et numériques et des numéros de téléphone. Ce dernier aurait utilisé des méthodes d’ingénierie sociale pour obtenir d'un employé de la banque une éventuelle clé d’accès de la base de données.

Toutefois, Revolut a révélé qu’aucun fonds n’a été volé et que les cartes demeurent sécurisées et opérationnelles. « Votre argent est à l’abri, et vous pouvez utiliser votre carte et votre compte comme d’habitude », lit-on dans un communiqué de l’entreprise.

Depuis le début de la crise sanitaire de la Covid-19, Revolut a enregistré une énorme croissance jusqu’à devenir la troisième plus grande Fintech du monde. En 2021, la start-up a levé 800 millions de dollars, ce qui a rehaussé sa valorisation globale à 33 milliards de dollars.