Une étude réalisée par des chercheurs de l’hôpital Beth Israel Deaconess Medical Center à Boston a démontré que la réalité virtuelle (VR) permettait de soulager les patients pendant une chirurgie. Si cela peut sembler anodin, il s’agit d’une donnée à explorer, car des bénéfices s’en dégagent au-delà du bien-être des patients.

Moins de médicaments et une récupération plus rapide

Les chercheurs ont détaillé leur étude dans la revue PLOS One. Ils ont ainsi séparé 34 patients devant subir une chirurgie de la main en deux groupes de la même taille. Le premier a été équipé d’un casque de réalité virtuelle diffusant du contenu relaxant comme des vues à 360 degrés d'une prairie, d'un sommet de montagne ou d'une forêt, ainsi que de la méditation guidée ou un ciel étoilé. Le second a subi une opération classique, les médecins leur administrant les médicaments habituels.

Le constat a été sans appel : le groupe équipé du casque a nécessité des niveaux significativement plus bas de propofol, un sédatif utilisé dans ce cas pour engourdir la douleur de la main. Ils ont ainsi reçu 125,3 milligrammes par heure, contre une moyenne de 750,6 milligrammes par heure pour l’autre groupe. Les patients dotés d’un casque de VR ont également quitté l'unité de récupération post-anesthésie plus rapidement, y passant en moyenne 63 minutes contre 75 minutes pour les autres.

Selon les chercheurs, la réalité virtuelle a permis de distraire les patients et a donc détourné leur attention de la douleur. Néanmoins, ils expliquent qu’il est également possible que le groupe soumis à la VR ait eu un effet placebo, car ils s’attendaient à avoir moins mal avant même l’opération. Cette donnée sera donc prise en compte lors de prochains essais ; les médecins veulent désormais faire l'expérience pour des chirurgies de la hanche et du genou.

Le potentiel de la réalité virtuelle pour soulager la douleur

Les résultats de l’étude corroborent un autre test réalisé en 2018 à l’hôpital Saint-Joseph en France. Un groupe d'étudiants diplômés y avait en effet créé un programme virtuel immersif pour que les patients se détendent et tolèrent mieux la douleur grâce à la réalité virtuelle, permettant aux soignants de diminuer les doses d'analgésiques.

Selon Brenda Wiederhold, cofondatrice du Virtual Reality Medical Center, il est de plus en plus évident que la VR peut être utile lors d’une chirurgie ou des soins légers. En plus d’apaiser les patients, cette technologie permet de réduire la quantité d’analgésiques ou d'anesthésiques lors des soins. En conséquence, cela peut contribuer à raccourcir les séjours à l'hôpital et à diminuer le risque de complications, tout en permettant de réaliser des économies sur le coût des médicaments.