Le gouvernement débloquera 250 millions d’euros pour financer le plan vélo en 2023. D’après une déclaration de Matignon, cette somme, visant à promouvoir l’usage des bicyclettes en France, sera allouée au fonds mobilités actives pour le quatrième anniversaire du projet. Elle s’inscrit dans une logique de contractualisation avec les collectivités afin de s’assurer que les investissements soient ciblés et efficaces, souligne l’institution. Un « comité interministériel du vélo » sera établi en automne. Ce groupe, qui rassemble de nombreux ministères, se réunira tous les six mois pour discuter stratégie.

Un investissement record pour la mobilité à vélo

Le gouvernement d’Élisabeth Borne avait présenté le plan vélo en septembre 2018. À son lancement, le dispositif avait pour objectif de tripler l’utilisation et la réparation du vélo dans les déplacements jusqu’en 2024. Pour atteindre cet objectif, l’exécutif a prévu une subvention de 350 millions d’euros répartie sur 7 ans (2018-2025). Cependant, ce crédit sera finalement abondé de 150 millions d’euros supplémentaires avec le plan de relance post-covid 19.

Récemment, Matignon a annoncé que le budget réservé au fonds mobilité actives sera de 250 millions pour l’année 2023. 200 millions d’euros seront dédiés aux infrastructures et 50 millions d’euros seront affectés au stationnement.

Selon Les Echos, l’État n’avait jamais mis autant d’argent sur la table pour une seule année. Le Ministère de l’Écologie confirme ce constat sur son site : « les 5 premiers appels à projets lancés entre 2019 et 2022 ont connu un franc succès avec 933 projets lauréats pour un total de 365 millions d'euros de subventions. 599 territoires ont ainsi pu bénéficier d'un soutien à la réalisation de projets de pérennisation des pistes cyclables de transition, de réalisation d'itinéraires cyclables sécurisés et de résorption de discontinuités d'itinéraires », énonce-t-il.

Inculquer la culture vélo

Le plan vélo soutient et amplifie les projets d’infrastructures cyclables pour une mobilité plus économique et plus écologique dans l’Hexagone. Le gouvernement entend sensibiliser et inciter tous les citoyens, les organisations ainsi que les entreprises françaises à y participer. Dans son communiqué, Matignon informe que le dispositif « savoir rouler à vélo », qui consiste à initier les jeunes collégiens à la pratique des bicyclettes, sera étendu aux tout petits des écoles primaires.

La France n’est pas seule à confirmer son engagement à multiplier les efforts pour réduire l’impact des moyens de transport sur l’environnement. Aux États-Unis, l’État de Californie a également décidé d’interdire la vente des voitures à moteur thermique à partir de 2035.