En faisant la promesse d’aider des millions de créateurs à gagner de l’argent sur la plateforme, YouTube prévoit de lancer des publicités dans YouTube Shorts dont une partie des revenus ira aux créateurs. Ces derniers percevront 45 % des recettes publicitaires.

De nouveaux objectifs pour YouTube

Le New York Times rapporte qu’à partir de 2023, la plateforme prévoit de faciliter la participation des créateurs à son programme partenaire. Amjad Hanif, vice-président de YouTube chargé des produits destinés aux créateurs, a déclaré lors de la réunion qu'il s’agissait « de la plus grande expansion que nous ayons faite depuis plusieurs années, créant de nouvelles façons pour les créateurs de rejoindre le programme ». De fait, ceux qui remplissent les conditions pourront commencer à recevoir une part des recettes publicitaires générées par le format court.

Afin de freiner le départ de nombreux youtubeurs vers la plate-forme concurrente, YouTube facilitera le travail de ceux qui ne sont pas éligibles à son programme : gagner de l’argent grâce à des conseils, des abonnements, ou encore des ventes de produits dérivés.

18 mois après le lancement de Shorts et un an après que Neal Mohan, chef de produit de YouTube, a promis un « projet de monétisation à long terme », la plateforme espère attirer de nombreux créateurs. Malgré des statistiques qui lui permettent une croissance rapide, 30 milliards de vues par jour et 1,5 milliard de personnes qui la regardent chaque mois, la fonction Shorts peine à atteindre le niveau de TikTok. De plus, Shorts ne bénéficie pas de tous les avantages de YouTube : la plateforme inverse ses pourcentages, gardant 55% des revenus pour elle et en 45% aux créateurs. Mais l’argent supplémentaire permettra aux créateurs d’utiliser de la musique populaire et de gagner de l'argent avec le contenu.

Vers un changement de modèle publicitaire ?

Le modèle publicitaire des vidéos traditionnelles de YouTube est simple : les utilisateurs cliquent sur une vidéo, regardent une publicité avant ou pendant la vidéo, et les créateurs reçoivent une partie du revenu de ce visionnage. Avec des formats tels que ceux de Shorts ou TikTok , le modèle est plus complexe. Par exemple, l’enchaînement des contenus ne permet pas d’affirmer clairement qui sera payé. Beaucoup de détails ne sont pas encore réglés. Néanmoins, la plateforme a un plan de ce qui pourra être proposé : si vous ouvrez Shorts, regardez six vidéos, voyez deux publicités et quittez l’application, YouTube prendra les revenus des deux publicités et les partagera entre les six vidéos.

Shorts sera probablement moins lucratif pour les chaînes les plus populaires, qui devront se partager les revenus avec le reste du flux. Néanmoins, cela permettra à plus de personnes de gagner de l’argent. C’était la stratégie de TikTok : l’application a misé sur le renouvellement permanent de nouveaux créateurs pour réussir. YouTube semble vouloir faire de même. En effet, la plateforme compte environ 2 millions de youtubeurs monétisant et souhaiterait atteindre 3 millions d’ici la fin de 2023. YouTube fait le pari que les salaires seront suffisants pour espérer faire rester les créateurs sur la plateforme.