Chainalysis, cabinet d'analyse spécialisée dans la blockchain et les cryptomonnaies, a dernièrement publié une étude présentant le taux d'adoption des cryptomonnaies à travers le monde. Si le grand public, les entreprises et les gouvernements ont conscience de leur existence et de leur potentiel, ils ne les utilisent pas tous, et pas nécessairement de la même manière.

Les pays émergents ont bien plus adopté les cryptomonnaies que les pays développés

Afin de classer les 146 pays pour lesquels Chainalysis a une quantité suffisante de données, les analystes utilisent cinq paramètres différents. Ces derniers prennent en comptent la parité de pouvoir d'achat par habitant, la valeur des cryptomonnaies à un instant donné, le nombre d'internautes par pays, ainsi que l'exploitation de la finance décentralisée notamment possible grâce à la blockchain Ethereum et au peer-to-peer. Chaque paramètre est utilisé pour ensuite fournir une note globale comprise entre 0 et 1.

Le classement pour l'année 2022 donne le Vietnam premier avec un indice de 1. Suivent les Philippines, l'Ukraine, l'Inde et les États-Unis qui complètent le top 5. Comme l'atteste le top 5, les marchés émergents dominent le classement : ces pays comptent souvent sur la cryptomonnaie pour transférer des fonds ou encore préserver leur épargne au cas où la monnaie officielle du pays serait dévaluée.

Carte du monde présentant l'adoption des pays vis-à-vis des cryptomonnaies.

Le Vietnam domine largement le classement de l'adoption, tandis que certains pays comme Le Brésil, la Russie, la Chine ou la Turquie tirent leur épingle du jeu. Capture d'écran : Chainalysis.

Ces pays ont conscience de cette forte utilisation des cryptomonnaies et n'hésitent pas à mettre en place des législations pour encadrer les pratiques. Aux Philippines, le gouvernement a mis en place en septembre 2021, une taxe sur les services numériques, tandis qu'en Inde, l'usage des cryptomonnaies et des NFT a été légalisé et une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) est en phase d'expérimentation. Aux États-Unis, un premier texte a été présenté pour réglementer les cryptoactifs.

Un taux d'adoption en baisse par rapport à 2021

C'est au second trimestre 2021 que la cryptomonnaie a atteint une adoption record, avant de connaître un coup de mou. Celui-ci s'explique notamment par la baisse de valeur des actifs au troisième trimestre 2021, suivie par une hausse historique du prix du Bitcoin, puis d'une nouvelle chute au début de l'année 2022, plus importante.

Graphique représentant l'adoption des cryptomonnaies dans le monde entre 2019 et 2022.

Alors que son adoption était au plus bas en 2019, les cryptomonnaies n'ont jamais été aussi appréciées qu'en 2021, lorsque le prix des actifs a flambé. Graphique : Global index score by quarter, Q2 2019 - Q2 2022 / Chainalysis.

Tout comme l'an dernier, la France ne fait pas partie du top 20 du classement, contrairement à des pays comme le Nigeria qui a également lancé sa MNBC, ou le Royaume-Uni qui a réglementé la promotion des cryptomonnaies au sein de son territoire. Elle se situe à la 32ème place du classement, non loin de plusieurs pays de l'Union européenne comme l'Allemagne (21ème), l'Espagne (34ème) ou l'Italie (51ème).

Au sein de l'UE, la Commission, le Conseil et le Parlement européen ont validé en juin dernier un texte destiné à encadrer les transferts de fonds de cryptoactifs pour éviter les flux illicites. Un second texte devrait également voir le jour afin de réglementer les plateformes de cryptomonnaies. Ces propositions de loi seront ensuite soumises aux députés du Parlement européen qui les valideront ou non.