Au fil des mois, la région de Shanghai s'impose comme un haut-lieu de production des semi-conducteurs. La ville représente désormais un quart de la production nationale de puces et rassemble la plupart des talents du pays.

25 % de la production de puces est concentrée à Shanghai

La ville de Shanghai est devenue un nouveau centre particulièrement compétitif dans le domaine des semi-conducteurs en Chine. À elle seule, cette gigantesque ville rassemble 25 % de la production nationale et 40 % des talents présents sur le territoire chinois. Les deux géants SMIC et SMEE y sont implantés. Ces entreprises ont récemment reçu un coup de pouce des autorités locales pour relancer la production, alors que la plupart des autres entreprises étaient fermées pour cause de pandémie.

Wu Jingcheng, directeur de la Commission municipale de l'économie et de l'informatisation de Shanghai, a déclaré lors d'une conférence de presse mercredi 14 septembre, que les entreprises de semi-conducteurs de la ville sont à la tête des percées technologiques du pays. Si certains analystes estiment que la ville n'a pas réussi à atteindre ses objectifs pour devenir un « centre financier international » ou encore à se transformer en « une zone de libre-échange », sur le sujet des puces, il n'y a pas de débat.

La ville résistera-t-elle aux restrictions américaines ?

En 2021, le marché des semi-conducteurs à Shanghai a atteint les 250 milliards de yuans (soit 36,95 milliards d'euros). Ce qui représente environ 25 % du total de la Chine. En peu de temps, la ville a attiré plus d'un millier d'acteurs clés de l'industrie. Ce succès a été rendu possible par une politique facilitatrice de la part de la ville. Pour attirer les entreprises, les talents et les investisseurs à Shanghai, les autorités ont mis en place des subventions gouvernementales et des allégements fiscaux.

Toutefois, la ville devra résister aux efforts déployés par l'administration Biden pour freiner le développement des puces en Chine. Récemment, la Maison Blanche a réclamé de nouvelles restrictions sur l’exportation de semi-conducteurs vers la Chine. Les nouvelles réglementations du département du Commerce devraient très probablement s'inspirer de celles imposées à plusieurs entreprises. KLA Corp, Lam Research Corp et Applied Materials Inc ont reçu comme consigne de ne plus exporter, sans autorisation, des équipements de fabrications de puces vers la Chine. Des lettres similaires ont été reçues par Nvidia et AMD.