Le secteur chinois du jeu vidéo reprend un peu son souffle. Pékin a interrompu l’autorisation de sortie de nouveaux titres en juillet 2021 jusqu'en avril 2022. Tencent et NetEase, les deux géants du secteur ont toutefois dû prendre leur mal en patience, ils n'ont pas bénéficié de la reprise des approbations. Après plus de 14 mois, les deux entreprises font enfin partie de la dernière vague de publications. L’Administration générale de la presse, de l'édition, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision a accordé des licences de publications à 73 jeux en ligne ce 14 septembre.

Tencent et NetEase vont pouvoir souffler un peu

Cette décision est un signe d’assouplissement de la politique de répression du gouvernement chinois contre le numérique. Depuis avril, les régulateurs ont accordé un total de 241 autorisations à de nouveaux titres produits par des entreprises comme Zhong Qing Bao, Leiting, XD Inc ou GMGE Technology. Tencent et NetEase rejoignent enfin cette dernière salve d'autorisations dans un secteur où la concurrence est de plus en plus rude.

Pékin s’en prend vigoureusement au secteur du jeu vidéo qu’il estime dangereux pour les mineurs. Limitation du temps de jeu pour les moins de 18 ans, interdiction de la diffusion en streaming des parties et bâtons dans les roues des leaders du secteur, le pouvoir a fait passer un message clair. Si le pays décide de lâcher un peu la bride, ce n’est pas un hasard. Après la résurgence du virus et la politique du zéro Covid qui a ralenti l’économie, il est temps de relancer l'économie.

Pas question pour Pékin de renier son idéologie pour autant, puisque l’un des jeux de Tencent qui vient d’être autorisé se nomme Health Defense, rapporte le Wall Street Journal. Dans ce titre, les joueurs doivent combattre des agents pathogènes. Une forme d’éducation ludique à la politique de vaccination, mais aussi à la lutte contre la désinformation sur la pandémie. De quoi ravir les autorités chinoises.

L'agrandissement à l'international se poursuit

Le chiffre d’affaires de Tencent lié au jeu vidéo en Chine a baissé de 1 % en un an au dernier trimestre, pour atteindre 4,56 milliards de dollars. C’est également une chute de 4 % par rapport au trimestre précédent. Les revenus globaux ont aussi diminué de 3 % pour la première fois depuis l’entrée en bourse de la société en 2004. Tencent, et son concurrent NetEase cherchent maintenant à se diversifier.

Pour Tencent, leader mondial du jeu vidéo avec 32,2 milliards de dollars de revenus dans ce secteur en 2021, c’est un retour progressif à une situation normale. Ce géant chinois du divertissement prépare le terrain depuis longtemps en s’agrandissant à l’international. Il détient Riot Games, a récemment investi dans Ubisoft et FromSoftware, et a ouvert des studios en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Même constat pour NetEase qui vient de racheter le studio français Quantic Dream. L'herbe est plus verte ailleurs pour le monde du jeu vidéo chinois.