YouTube a annoncé ce mardi 13 septembre dans un billet de blog, qu’elle a versé plus de 6 milliards de dollars à l’industrie musicale entre juillet 2021 et juin 2022. Lyor Cohen, Responsable mondial de la musique chez YouTube, se félicite de l’impact de la filiale de Google sur le monde musical.

Devenir le plus grand contributeur du monde musical

Les revenus de l’industrie musicale sont en pleine croissance depuis 2018, passant de 18 à 26 milliards de dollars. Avec 6 milliards de dollars reversés, YouTube représente 23 % des revenus dans la sphère musicale. À titre de comparaison, Spotify a versé 7 milliards de dollars à l’industrie.

YouTube a augmenté sa participation de 2 milliards par rapport aux résultats 2020, 2021. Le géant de la vidéo affirme vouloir devenir, grâce à son système de publicité et d'abonnements, la première source de revenus du monde musical d'ici 2025. Pour atteindre son objectif, le responsable de la musique de YouTube souhaite continuer à capitaliser sur tous les formats musicaux et sur tous les appareils disponibles dans plus de 100 pays.

Lyor Cohen promeut l’innovation de YouTube dans la diffusion du monde musical. La plateforme est unique en son genre prône-t-il car elle permet de découvrir, consommer et participer à la musique à travers de multiples moyens de diffusions. Il se flatte que le contenu généré par les utilisateurs, notamment les Shorts, a généré plus de 30 % des paiements pour les artistes, pour la deuxième année consécutive. Les Shorts ont engendré plus de 30 milliards de vues par jour avec 1,5 milliard d'utilisateurs connectés par mois. Une réelle réussite pour l’un des rares clones de TikTok à avoir fonctionné qui souhaite attirer les utilisateurs vers des contenus plus longs.

YouTube rassure face aux critiques des artistes

La domination claire de YouTube n’empêche pas l’industrie musicale de critiquer le manque de transparence de YouTube sur le système de rémunération des artistes. Les artistes et les labels eux-mêmes se plaignent des versements « insuffisants » de la plateforme. Le système de la gestion des droits d’auteur est sous le feu des reproches par les créateurs de contenu sur la plateforme. Ils sont souvent limités dans leurs actions. L’intégralité des revenus publicitaires revient aux ayants droit lors d’une accusation de copyright. BillBoard a publié un article comprenant un certain nombre d'allégations détaillées, soutenues par des affirmations de plusieurs sources anonymes, selon lesquelles le système de gestion des droits de YouTube est « plein d'erreurs » et « susceptible de donner lieu à des abus » des ayants droit.

YouTube préfère rassurer dans son billet de blog en ajoutant que sa mission est d’aider les créateurs à forger leur propre voie sur YouTube et à développer des carrières financièrement durables. L’entreprise américaine assure vouloir trouver un équilibre entre l’expérience connectée des utilisateurs sur les formats musicaux et la protection des artistes.