Alors que la récession s’abat sur les productions des plateformes de streaming depuis le début de l’année, Amazon prévoit d’allouer un budget plus conséquent à son service de vidéo à la demande, Amazon Prime Video. Une partie de cet argent servira à payer les droits de diffusion de la NFL, la ligue de football américain, aux États-Unis. Depuis quelque temps, Amazon a pour volonté de proposer davantage de contenus sportifs.

Le virage sportif d’Amazon Prime Video

Au sein de l’industrie du streaming, Amazon Prime Video a moins de poids que Netflix ou Disney+. Les productions originales Amazon génèrent moins d'engouement que celles de ses concurrents. Quand la plateforme de Jeff Bezos à une ou deux séries populaires, ses concurrents en recensent le double voire le triple.

Si certaines de ses productions comme The Boys ou plus récemment Le Seigneur des anneaux : les Anneaux de pouvoir rencontrent un franc succès, Amazon cherche à attirer plus de monde vers son service de SVOD. Bloomberg rapporte que Jennifer Salke, directrice d’Amazon Studios, a prévu un budget de 15 milliards de dollars pour produire ses séries et films en 2022. Ce montant est à peu près équivalent à celui de Netflix qui se chiffre à 13,6 milliards de dollars.

Parmi les 15 milliards de dollars, 5 d’entre eux seront dédiés, cette année, à l’accord conclu entre la NFL et Amazon. Le géant de l’e-commerce a récupéré les droits de la ligue de football américain pour les onze prochaines années. Le contrat, dont le montant s’élève à 13 milliards de dollars, lui donne également l’exclusivité sur la retransmission des « Thursday Night Football », les matchs de la NFL diffusés le jeudi soir très attendus par les fans de ce sport.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon cherche à inclure des programmes sportifs sur Amazon Prime Video. En juin 2021, la société basée à Seattle obtenait 80 % des droits de diffusion de la Ligue 1. Face à cette annonce, Canal+ déclarait ne plus vouloir retransmettre le Championnat de France de football. En se diversifiant, les plateformes de streaming empiètent de plus en plus sur le terrain de la télévision traditionnelle. Aux États-Unis, fin août, l’industrie de la vidéo à la demande dépassait pour la première fois le petit écran.