Gardé secret depuis plusieurs mois, Alphabet, maison mère de Google, a finalement annoncé la création de sa succursale Aalyria Technologies. Cette toute nouvelle start-up a été fondée à partir de la branche spécialisée dans les télécommunications haut débit : communication par satellite, Wi-Fi intégré dans les transports, technologie de connectivité cellulaire. Aalyria s'est donné comme mission de connecter à internet les entreprises, peu importe l'endroit où elles se trouvent.

Du projet Loon à Aalyria en passant par le projet Minkowski

Il y a six ans, Google annonçait le lancement du projet Loon. Avec l’aide d'un ballon géant, gonflé d'hélium, le géant américain souhaitait proposer une connexion internet fiable à des personnes se trouvant dans des zones reculées ou difficiles d'accès. Si ce programme n'a finalement pas vu le jour, Google considérant que Loon n'allait pas être rentable, il a été le point de départ d'un nouveau projet.

Tests expérimentaux du projet Loon mené par Google.

Entre 2016 et 2020, Alphabet a énormément travaillé autour du projet Loon, dont l'objectif était de connecter les habitants de régions reculées pour accéder à internet. Photographie : Alphabet.

Connu sous le nom de Minkowski, Google travaille sans doute depuis plusieurs mois, si ce n'est plusieurs années, sur le lancement de sa structure centrée sur les technologies en lien avec la télécommunication. L'objectif de cette toute nouvelle entreprise sera, selon CNBC, « d'installer et de gérer de manière rapide et ultra-sécurisée, des réseaux de communication complexes qui pourront se trouver partout sur Terre, mais aussi sur la mer, dans les airs, et dans l'espace ».

Tightbeam, une technologie laser pour connecter les entreprises à Internet

Alphabet a déclaré avoir transféré à Aalyria plus tôt cette année, près d'une décennie de technologies, de brevets, de titres de propriétés intellectuelles, mais aussi des locaux, des bureaux et du matériel informatique. Au lieu d'orienter le projet pour les particuliers comme le projet Loon, celui-ci sera plutôt orienté plutôt pour les entreprises. Au sein de Google, une équipe a travaillé sur des logiciels pour les réseaux de télécommunications à haut débit dont la portée irait de la Terre à l'espace.

Pour l'heure, la société affirme disposer d'une technologie de communication laser « à une échelle et à une vitesse exponentiellement supérieures à tout ce qui existe aujourd'hui ». Baptisée Tightbeam, cette technologie permettrait « de conserver les données intactes malgré le fait que le laser traverse l'atmosphère », et offrirait « une connectivité bien meilleure que celle proposée par d'autres infrastructures comparables ». Cette technologie conçue par Aalyria aurait donc été utilisée dans plusieurs projets de développements de réseaux télécoms aérospatiaux pour Google.

Tightbeam, une technologie télécom laser.

Grâce à un laser, Aalyria offrira la possibilité aux entreprises d'avoir accès à internet partout dans le monde mais aussi dans l'espace. Capture d'écran : Aalyria / Alphabet.

Déjà un premier partenariat pour Aalyria

La création d'Aalyria intervient alors qu'Alphabet voit sa croissance ralentir à nouveau au second semestre 2022. L'entreprise souhaite mettre fin à certains de ses projets expérimentaux, ou au contraire, leur donner un coup de pouce en allant chercher des financements externes. C'est notamment le cas pour la branche Other Bets incluant la division de conduite autonome Waymo qui a vu ses revenus augmenter grâce à l'arrivée d'investisseurs.

Pour Aalyria, un premier contrat a été signé avec la Defense Innovation Unit (DIU), un organisme lié au département de la défense des États-Unis, pour la somme de 8,7 millions de dollars. Le but est toujours le même, offrir une connexion à Internet a toutes les entreprises qui le souhaitent, peu importe leur emplacement.

Google conservera une participation minoritaire dans Aalyria et le conseil consultatif de cette nouvelle entreprise comprend plusieurs anciens employés et cadres de Google. On y retrouve également Vint Cerf, connu pour être l'un des pionniers d'internet, et le PDG de la firme, Chris Taylor, expert en sécurité nationale ayant dirigé d'autres entreprises par le passé, en collaboration étroite avec le gouvernement américain.