Selon un récent rapport du Wall Street Journal, Twitter aurait versé 7 millions de dollars à Peiter Zatko pour tenter de l'empêcher de porter plainte. Cela n'aura vraisemblablement pas été suffisant.

7 millions de dollars pour acheter le silence de Zatko

Cet accord entre la direction de Twitter et Peiter Zatko a été conclu quelques jours avant que l'ancien chef de la sécurité ne dépose sa plainte en juillet. Peiter Zatko a été licencié en janvier et les 7 millions de dollars ont officiellement été versés pour « compenser une perte de rémunération ». De tels accords ne sont pas inhabituels lorsqu'un dirigeant quitte une entreprise prématurément et laisse derrière lui des actions. Cependant, ce versement apparaît comme troublant au vu du contexte.

En acceptant de percevoir la somme de 7 millions d'euros, Peiter Zatko a signé un accord de non-divulgation qui lui interdisait de parler publiquement de son passage chez Twitter ou de dénigrer l'entreprise, selon les personnes interrogées. Les auditions du Congrès et les plaintes gouvernementales pour dénonciation sont deux des rares occasions où il serait autorisé à parler ouvertement.

L'ancien chef de la sécurité de Twitter doit témoigner mardi 13 septembre devant la commission judiciaire du Sénat américain pour évoquer ses allégations de défaillances de sécurité chez Twitter.

Pas de rapport avec les accusations d'Elon Musk ?

Depuis que cette plainte a été rendue publique, Peiter Zatko est devenu une figure centrale de la bataille juridique entre Elon Musk et Twitter. Le dénonciateur a déclaré qu'il a « découvert des défaillances extrêmes et flagrantes de la part de Twitter dans tous les domaines de son mandat, notamment la confidentialité, la sécurité numérique et physique, l'intégrité de la plateforme et la modération du contenu ». Pourtant, selon Twitter, Zatko aurait été licencié pour « leadership inefficace et mauvaises performances ».

Le réseau social estime par ailleurs que sa plainte est truffée d'incohérences et d'inexactitudes et « manque de contexte ». Au cours de sa négociation avec Twitter au printemps 2022, Peiter Zatko aurait multiplié par cinq sa demande de compensation. John Tye, fondateur de Whistleblower Aid, une organisation qui aide les dénonciateurs a déposer plainte, a déclaré que Peiter Zatko avait pris contact avec l'organisation à but non lucratif au début du mois de mars.

Il précise que l'ancien cadre de Twitter n'a jamais rencontré ou parlé avec Elon Musk malgré les accusations du patron de Tesla. L'équipe du milliardaire n'aurait pas non plus été en contact avec l'association à propos de la plainte de Peiter Zatko.