Twitter et Elon Musk se sont de nouveaux retrouvés dos à dos lors d’une nouvelle audience devant le tribunal du Delaware le 6 septembre. Le compte rendu dévoilé le lendemain révèle que le milliardaire n’a pas réussi à obtenir un report du procès d’octobre, mais a reçu l’autorisation d’ajouter les accusations de l’ancien chef de la sécurité de Twitter, Peiter « Mudge » Zatko à ses arguments.

Le temps, allié ou ennemi

Elon Musk tente de gagner du temps, mais n’y parvient pas. En juillet, ses avocats ont tenté d’obtenir un procès en février 2023, sans succès. Ils ont de nouveau tenté leur chance, en profitant des révélations de Peiter Zatko, pour gagner quelques précieuses semaines, nouvel échec.

La juge Kathaleen McCormick a expliqué qu’elle était convaincue « que même un retard de quatre semaines risquerait de causer à Twitter un préjudice supplémentaire trop important pour être justifié ». Elle a rappelé que « La société a été forcée pendant des mois de gérer sous les contraintes d'un accord de fusion répudié », note The Verge.

La Défense d’Elon Musk souhaitait gagner du temps, pour pouvoir analyser les allégations de Peiter Zatko. L’ancien chef de la sécurité de Twitter, licencié en janvier, a porté plainte en août contre son ex-employeur auprès de plusieurs agences américaines. Il a dénoncé plusieurs lacunes du réseau social en matière de protection des données et de sécurité de façon générale. Il a aussi déclaré que ses dirigeants ont menti à Elon Musk sur le nombre de faux comptes sur la plateforme.

Du pain béni pour Musk, qui tente de faire annuler son acquisition de Twitter pour 44 milliards de dollars, justement sur la base de cet argument des faux comptes. Peiter Zatko offre la possibilité d’explorer de nouveaux champs d’arguments pour justifier son retrait.

Twitter n’est pas inerte face aux gesticulations de Musk

C’est la victoire des avocats du milliardaire : la juge a accepté qu’ils exploitent ces informations. Elle les a autorisés à récupérer quelques documents supplémentaires et appelés des témoins en plus. Un bon point pour Elon Musk, même si Parag Agrawal a rapidement fermement nié les accusations de l’ancien chef de la sécurité dans un mémo interne.

Le réseau social ne reste pas inactif face aux actions d’Elon Musk. Twitter compte insister sur la corrélation entre l’inflation, qui a entamé la richesse du milliardaire, et l’expression de premiers doutes sur l’accord venant du propriétaire de Tesla. De nombreux alliés de ce dernier ont été cités à comparaître dans le but de prouver cette thèse.

La confrontation de ces deux histoires commencera bien le 17 octobre, dans le Delaware.