À partir du 1er octobre 2022, Microsoft apportera des changements à ses contrats de licence dans l’objectif d’assouplir sa politique dans le domaine de l’externalisation et de l’hébergement cloud. Cette décision fait suite à la pression de la Commission européenne, qui enquête sur les éventuelles pratiques anti-concurrentielles de l’entreprise depuis quelque temps.

Microsoft promet des conditions plus flexibles

Microsoft est accusé par ses concurrents européens de profiter de sa position dominante pour imposer une politique commerciale anti-compétitive dans le marché des services cloud. En substance, ces détracteurs dénoncent certaines dispositions de ses contrats visant à restreindre les options d’externalisation vers d’autres infrastructures concurrentes. Cela limite les possibilités de transférer les données vers d’autres fournisseurs, ou d’exécuter des logiciels Microsoft comme Office ou Windows sur d’autres plateformes par exemple.

D’après le récent communiqué de l’entreprise, plusieurs modifications seront apportées pour pallier ces difficultés, à savoir :

  • La possibilité de créer des solutions et des données sur les logiciels Microsoft et de les externaliser à d’autres services cloud.
  • La possibilité de lancer les logiciels en dehors de l’environnement Microsoft
  • La possibilité de travailler avec des partenaires pour les aider à élargir leur catalogue de services cloud.

Des changements qui ne répondent pas forcément aux attentes des clients et concurrents

L’allègement des règles d’externalisation cloud annoncé par Microsoft donnera plus de latitude aux clients qui souhaitent utiliser leurs logiciels et transférer leurs données vers d’autres services. Cependant, la firme indique que les changements apportés ne s’appliqueront pas à certains « fournisseurs listés » tels que Amazon, Google ou encore Alibaba.

Sur ce point, Wes Miller, analyste chez Directions on Microsoft a déclaré : « bien que ce soit une bonne nouvelle pour un ensemble de fournisseurs, il n'y a aucun changement dans les règles complexes et encombrées qui affectent ces trois fournisseurs et leurs clients ».

Il semblerait que Microsoft ait décidé de changer ses conditions de licence tout en sauvegardant son avantage concurrentiel dans le domaine du cloud. Ce service constitue notamment le point d’ancrage qui permet à l’entreprise de se maintenir au niveau financier.