Facebook, WhatsApp, Messenger, et Instagram pourraient prochainement proposer des options payantes. C’est en tout cas ce sur quoi va travailler une équipe créée pour l’occasion, appelée « New Monetization Experiences ».

Elle travaillera donc à l’élaboration de fonctionnalités exclusives, accessibles uniquement aux utilisateurs qui payeront pour elles. C’est en tout cas ce que révèle un memo diffusé la semaine dernière chez Meta, récupéré par The Verge. Le modèle économique des géants du numérique, surtout de la publicité numérique, est sous pression depuis plusieurs mois. Entre la mise en place de l’App Tracking Transparency (ATT) d’Apple, et une réduction des dépenses publicitaires, les grandes plateformes se mettent en quête de nouvelles lignes de recettes.

Avec des milliards d’utilisateurs répartis sur ses applications, Meta se dit qu’ils pourraient très bien être tentés de payer pour des fonctionnalités supplémentaires. Après tout, Snapchat l’a bien fait, et ça fonctionne. « Je pense que s'il y a des opportunités de créer de nouvelles valeurs et des lignes de revenus significatives et de fournir une certaine diversification, ce sera évidemment quelque chose d’attrayant, » commente John Hegeman, en charge de la monétisation chez Meta.

À différents endroits, les utilisateurs de Facebook peuvent déjà être sollicités pour se délester de quelques euros. C’est notamment le cas pour accéder à certains groupes, ou pour soutenir un créateur. Si John Hegeman reste évasif, sur ce que l’équipe New Monetization Experiences va explorer, on peut s’attendre à ce qu’elle se tourne vers des fonctionnalités pures et dures, plutôt que des solutions pour les créateurs ou les pages.

À l’instar de Twitter Blue, Snapchat+, ou Nitro sur Discord, les fameuses chaînes évoquant un Facebook payant vont devenir réalité, même si cela ne sera pas pour les mêmes raisons. Reste à voir si Meta sera en mesure convertir suffisamment d’utilisateurs pour y voir une opportunité durable.