Netflix travaille doucement mais sûrement sa nouvelle formule d’abonnement avec de la publicité. Le géant du streaming serait entré en contact avec de nombreux annonceurs, explique le Wall Street Journal dans un article publié le 31 août. Il leur aurait proposé des tarifs publicitaires beaucoup plus élevés que la moyenne. Netflix espère rebondir grâce à cette nouvelle formule, qui devrait également l'aider à diversifier ses revenus.

Netflix est en phase de négociation avec des annonceurs

L’entreprise californienne a décidé de renoncer à l’un de ses principes fondateurs en annonçant un abonnement moins cher contre l’affichage de publicité au sein des programmes de son catalogue. La plateforme de streaming s’était toujours revendiquée comme un espace libre de toutes démarches publicitaires.

Dernièrement, des cadres de Netflix et de Microsoft, qui s’occupe, depuis juillet, des activités publicitaires de la future offre, se seraient entretenus avec des annonceurs afin de parler des prix proposés par le service de streaming. Des sources ont révélé au Wall Street Journal que Netflix a l’intention de faire payer aux marques 65 dollars par tranche de 1 000 personnes atteintes. Ce CPM, le coût pour mille, pourrait atteindre les 80 dollars si elles souhaitent cibler une audience bien spécifique.

D’après les sources, ce tarif est nettement plus onéreux que ceux proposés par ses concurrents. Avec l’émergence des plateformes de vidéo à la demande, les consommateurs, et notamment les plus jeunes, ont délaissé la télévision traditionnelle. Désormais, les marques sont prêtes à mettre le prix pour atteindre un public qu’elles ont du mal à toucher.

Netflix ne doit pas oublier que l’une des raisons de la perte d’intérêt envers la télévision est l’omniprésence des publicités. Selon une étude de l’institut Kantar, pour chaque tranche d’heure de diffusion, il y a entre 18 et 23 minutes de publicité. De son côté, le leader mondial du streaming envisage de vendre des publicités d’une durée de 15 à 30 secondes et de limiter leur affichage à 4 minutes pour chaque heure de programmation.

Par ailleurs, Netflix prévoit de plafonner le montant que les marques peuvent dépenser sur sa plateforme à 20 millions de dollars par an, afin d’éviter qu’une publicité n’apparaisse trop souvent.

La publicité, nouvelle stratégie du géant du streaming

Netflix traverse une mauvaise passe. Lors des résultats de son premier trimestre 2022, l’entreprise annonçait la perte de 200 000 abonnés, une première en plus de 10 ans. Fin juillet, elle révélait, dans les résultats du second trimestre de l’année, avoir perdu 970 000 abonnés entre avril et juin. Bien que Netflix ait enregistré un bénéfice de 1,44 milliard de dollars, la société basée à Los Gatos doit diversifier ses rentrées d’argent.

Afin de préparer sa nouvelle stratégie axée autour de la publicité avec sa nouvelle formule d’abonnement, Netflix a débauché deux anciens cadres de Snap. Peter Naylor, l’ancien Vice Président des ventes pour le continent américain, et Jeremi Gorman, la directrice commerciale de Snap, vont venir renforcer les équipes de la division publicitaire du mastodonte du streaming dès le mois de septembre.

Netflix devrait sortir une première version de sa plateforme supportant les publicités le 1er novembre. Quant au nouvel abonnement, celui-ci devrait être lancé début 2023. D’après Bloomberg, il pourrait coûter entre 7 et 9 dollars par mois.