Snapchat va licencier 20 % de sa main-d’œuvre, ce qui équivaudrait à 1 200 employés, sur ses plus de 6 000, a confié une source à The Verge.

Les résultats du second trimestre n’ont pas été des plus encourageant. En deçà de ses propres estimations, Snap a présenté une performance en demi-teinte. Malgré une hausse de son chiffre d’affaires, sa rentabilité, nerf de la guerre, n’a pas vraiment été au rendez-vous, avec une perte nette de 422 millions de dollars. L’entreprise a également accompagné la publication de ses résultats d’une note surprenante : « compte tenu des incertitudes liées à l’environnement opérationnel, nous ne fournissons pas nos prévisions de chiffre d’affaires pour le troisième trimestre de 2022 ».

Récemment, elle a annoncé mettre fin aux projets de développement de son drone Pixy. Evan Spiegel, PDG de Snapchat invoquait alors comme raison une meilleure allocation des ressources. Il n’était toujours pas question de réduction des effectifs.

Dès aujourd’hui, des dizaines d’employés seraient licenciés et cela toucherait de nombreux départements de l’entreprise. The Verge cite notamment l’équipe en charge de développer les mini-applications et les jeux, lancés à l’été 2020. Il en serait de même pour celle de Zenly, société rachetée en 2017, fonctionnant encore de façon autonome tout en contribuant au développement de la Snap Map.

La division publicitaire de Snapchat devrait également être restructurée, alors que deux cadres quittent l’entreprise pour rejoindre Netflix. Peter Naylor, VP of sales pour le continent américain, et Jeremi Gorman, la chief business officier de Snap, prendront leurs fonctions de leur nouvelle entreprise dès septembre.

Contrairement à d’autres entreprises de la tech qui annoncent ralentir ou stopper leurs processus de recrutement, Snapchat doit dégraisser, conséquence de son troptimisme. Les dernières années elle a multiplié les acquisitions et les recrutements en surfant sur la vague covid. En début d’année, elle a même généré ses premiers bénéfices. Une lueur d’espoir qui fut de courte durée.

Avec des performances trop souvent décevantes, Snapchat peine encore et toujours à convaincre les investisseurs. Au début de l’année, le cours de son action était à 46,59 $, il s’est lentement effondré jusqu’à atteindre 10,01 $ hier. Les derniers mois qui la séparent de 2023 risquent d’être éprouvants.