NetEase, deuxième plus grosse entreprise du jeu vidéo en Chine, après Tencent, étend son activité à l’Europe. Dans un communiqué diffusé ce 31 août, le géant chinois a annoncé le rachat du studio de développement parisien Quantic Dream. Cette décision est en partie motivée par la réglementation draconienne qu’impose Pékin au secteur du jeu vidéo. Depuis un an, NetEase et Tencent n’ont pas reçu l’autorisation de publier de nouveaux titres dans l’Empire du Milieu, les poussant à explorer de nouveaux horizons.

NetEase possède maintenant son premier studio européen

En 2016, le contrat établi entre Sony et Quantic Dream pour la publication de trois jeux sur PlayStation est arrivé à son terme. Heavy Rain, Beyond: Two Souls et Detroit : Become Human sont des titres à succès qui ont fait la renommée internationale du studio français dirigé par David Cage. En mars dernier, des rumeurs rapportées par le journaliste américain Tom Henderson faisaient déjà mention de NetEase comme potentiel repreneur de Quantic Dream.

L’accord est maintenant officiel, mais aucun détail n'a été donné sur le montant de l’acquisition. Quantic Dream va devenir le premier studio européen de NetEase. Le géant chinois a déjà étendu son activité aux États-Unis et au Japon courant 2022 en faisant l’acquisition de studios comme Grasshopper Manufacture, ou en créant ses propres équipes.

Comme le précise TechCrunch, NetEase, valorisé à 57 milliards de dollars à la bourse de New York, avait déjà investi dans Quantic Dream en 2019 pour financer les futurs projets du studio. « Nous sommes ravis de nous lancer dans une nouvelle étape passionnante de croissance avec Quantic Dream, lié par notre vision partagée, notre confiance et notre respect mutuels », a déclaré William Ding, PDG de NetEase.

Illustration de Star Wars Eclipse le prochain jeu de Quantic Dream.

Quantic Dream va profiter des ressources de NetEase pour poursuivre le développement de Star Wars Eclipse. Image : Star Wars Eclipse / Quantic Dream.

Les équipes de Quantic Dream vont tirer profit de cette acquisition

Quantic Dream, fondé en 1997 à Paris, a produit cinq titres depuis le début de son existence. Le studio emploie aujourd’hui plus de 200 personnes. Elles travaillent en collaboration avec Lucasfilm sur le développement de Star Wars Eclipses, un titre basé sur la célèbre licence, très attendu par les fans. Toutefois, l’entreprise française aurait rencontré des difficultés de recrutement pour mener à terme ce projet, ainsi que deux autres encore non dévoilés. L’acquisition de NetEase pourrait permettre au studio d’obtenir les ressources nécessaires au bon déroulement du développement.

« Aujourd'hui, marque une étape importante pour notre studio après un quart de siècle d'indépendance totale », a déclaré le PDG de Quantic Dream, David Cage. « NetEase valorise notre liberté de création ainsi que le dynamisme et la passion de notre équipe unique et diversifiée. Nous allons maintenant pouvoir accélérer la vision que nous partageons et créer des titres marquants qui touchent les gens sur le plan émotionnel », a-t-il ajouté.

Quantic Dream, dont les méthodes de management ont été dénoncées dans une enquête de Médiapart publiée en 2018, met l’accent sur les bénéfices que vont pouvoir tirer les salariés de cet accord. Interrogé par Games Industry, Guillaume de Fondaumière, co-PDG du studio, a expliqué que les allégations portées contre Quantic Dream n’ont pas eu de conséquences lors des discussions avec NetEase.