L'entreprise américaine Intel, spécialisée dans la fabrication de semi-conducteurs, a annoncé la signature d'un partenariat avec le fonds d'investissement Brookfield. Cette association, plutôt inhabituelle dans le secteur, a pour objectif de partager le montant total d'investissements que la firme américaine considère comme nécessaire pour sa croissance.

Intel s'associe avec Brookfield et seront, ensemble, copropriétaires des usines en Arizona

En bénéficiant du soutien du fonds d'investissement canadien Brookfield, Intel va pouvoir financer les travaux d'agrandissement de son site de fabrication à Chandler, dans l'État d'Arizona, aux États-Unis, composé de deux usines. Ce type d'accord n'est pas si fréquent que ça dans le secteur des composants électroniques.

Selon Scott Peak, associé directeur du groupe d'infrastructure de Brookfield, qui s'est exprimé pour le Wall Street Journal, de telles transactions sont courantes dans des secteurs tels que l'énergie et les télécommunications. Elles se répercutent désormais sur le secteur des composants électroniques en raison de ses besoins croissants en capitaux. De plus, les semi-conducteurs sont présents dans de nombreux biens industriels et s'avèrent quasi-indispensables à toute production. L'actuelle pénurie de semi-conducteurs et ses répercussions montrent à quel point la société est dépendante de ces composants.

En signant ce partenariat, Intel et Brookfield seront les deux copropriétaires de ces usines. Ainsi, le fonds financera 49 % du coût des travaux et détiendra ainsi 49 % du site de fabrication, ce qui permettra à Intel de conserver le contrôle de l'entité. Au total, l'agrandissement de ces deux usines coûtera 30 milliards de dollars, soit 10 milliards de plus que ce qui était annoncé en mars 2021 lors de la présentation du projet. Entre-temps, l'inflation est passée par là, et l'entreprise de Santa Clara qui souhaitait financer seule cet agrandissement, a dû faire appel à Brookfield.

Intel a déjà investi plus de 100 milliards de dollars ces deux dernières années

Ces derniers mois, Intel a annoncé un grand nombre d'investissements, qui selon la firme, sont nécessaires pour concurrencer ses rivaux comme AMD ou Nvidia. Ces derniers profitent des avancées en matière de fabrication de leur sous-traitant, le groupe taïwanais TSMC, pour lui grignoter quelques parts de marché.

Ainsi, ce sont près de 100 milliards de dollars qui ont été investis par Intel pour construire ou agrandir plusieurs sites de fabrication en Arizona, mais aussi dans l'Ohio, en Allemagne et en Malaisie. Pour assumer cet investissement, la firme américaine a notamment demandé de l'aide au gouvernement américain, au gouvernement allemand et à la Commission européenne qui vient de faire voter un plan d'aide pour le secteur des semi-conducteurs à hauteur de 43 milliards d'euros.

Il ne sera pas surprenant de voir à l'avenir, des acteurs du secteur des semi-conducteurs se tourner vers des fonds d'investissement pour financer certains de leurs projets.