C’était prédit par les analystes, c’est finalement arrivé. Au mois de juillet, les Américains ont passé plus de temps à regarder un service de streaming que la télévision par câble. Une première qui traduit un changement profond dans la manière de consommer le contenu.

Le sport maintient la télévision à flot

Selon un rapport de Nielsen, firme spécialisée dans l’analyse d’audience, les services de streaming ont représenté 34,8 % du temps de visionnage, contre 34,4 % pour le câble. Pour rappel, le câble est payant outre-Atlantique et compte parmi trois solutions différentes pour regarder la télévision. Si l’on prend en compte le visionnage de la télévision dans son ensemble, alors le streaming est encore derrière. À noter également que l’étude a été uniquement basée sur les données de visionnage sur des téléviseurs réels, elles n'incluent donc pas le visionnage sur mobile ou sur ordinateur, ce qui boosterait encore plus le streaming.

Dans la même catégorie

La télévision dite broadcast (transmission hertzienne) a déjà été surpassée par le streaming, et n’a obtenu que 21,6 % du temps de visionnage sur le mois de juillet. Les analystes de Nielsen expliquent ces chiffres par un mois particulier en termes d’habitudes de visionnage : « En plus d'avoir obtenu la plus grande part d'audience au cours du mois, les téléspectateurs ont regardé en moyenne 190,9 milliards de minutes de contenu en streaming par semaine, ce qui dépasse largement les 169,9 milliards de minutes que les téléspectateurs ont regardées pendant la période de confinement en avril 2020. Si l'on exclut la semaine du 27 décembre 2021, les cinq semaines de juillet 2022 représentent les semaines de streaming les plus importantes jamais enregistrées ».

Ce chiffre immense peut s’expliquer par un taux de contenu toujours plus élevé sur les plateformes de streaming, qui ne cessent de grandir et de se multiplier Aussi, le faible résultat de la télévision peut s’expliquer par un manque de programmes sportifs. Cela démontre que le sport, et plus particulièrement les événements en direct, est désormais l’élément qui porte la télévision.

Le streaming s’intéresse lui aussi au sport

D’ailleurs, les services de streaming ne comptent pas passer à côté de cette opportunité. Aux États-Unis, Apple et Amazon diffusent respectivement le baseball et le football américain en continu, et Disney envisage également de diffuser la chaîne sportive ESPN. En France, Prime Video possède désormais 80 % des matchs de Ligue 1. En s’intéressant à la diffusion de sport, le streaming s’attaque ainsi à l’une des dernières bouées qui maintiennent la télévision à flot.

Au niveau des plateformes de streaming, c’est Netflix qui a été la plus visionnée avec 8 % des parts de marché, notamment grâce à la diffusion de la saison 4 de Stranger Things. Elle est suivie par YouTube (7,3 %), Hulu (3,6 %), Amazon Prime Video (3 %), Disney+ (1,8 %) et HBO Max (1 %). Il est tout même important de noter qu’avant Netflix, la catégorie la plus importante est un fourre-tout baptisé « autres services de streaming ».

Un profond changement de tendance

Ce succès des services de streaming intervient alors que le secteur est chamboulé par la récession et emmagasine les pertes, à l’instar de Netflix. Pour se maintenir, les services investissent massivement pour proposer du contenu original et de qualité, mais doivent également faire des concessions.

Le fait de surpasser le câble devrait néanmoins motiver les plateformes, bien qu’il soit probable que ce dernier repasse devant le streaming dans les prochains mois. « Le streaming fonctionne partout. Tout le monde afflue. C'est définitivement la fin de la télévision [traditionnelle] dans les cinq, dix prochaines années », a récemment déclaré le codirecteur général de Netflix, Reed Hastings.

Il est certain que ce mois de juillet marque un véritable changement de tendance : mis à part le direct, les utilisateurs préfèrent désormais regarder leurs séries et films en streaming. En plus de leur permettre de les visionner n’importe quand, les plateformes sont également pratiques pour savoir quel épisode doit être regardé ensuite. Quant au direct, les plateformes commencent d’ores et déjà à s’y intéresser, à l'image de Netflix ou de Disney+... Si cette pratique se démocratise, alors la télévision aura vraiment du mouron à se faire.