Le régulateur de l’internet chinois, la Cyberspace Administration of China (CAC), est la spécialiste de la restriction de la parole en ligne en Chine. La CAC veut contrôler tous les commentaires publiés ou encore interdire aux influenceurs d’aborder certains sujets, ce qui lui vaut d'être qualifié de censeur. Le régulateur dispose également d’un magazine, le China Cyberspace. C'est là que le grand promoteur de la liberté d'expression Elon Musk a décidé de publier un article en juillet.

Elon Musk en pleine opération séduction ?

L’article d’Elon Musk, titré « Believe in technology, create a better future », est le premier à avoir été écrit par un auteur étranger dans les colonnes du magazine d'État, rapporte le South China Morning Post. Ce média contient principalement des articles portant sur des annonces et des pistes de recherches pour la régulation d’internet, mais aussi des billets écrits par des acteurs chinois de la tech. Le PDG d’Ant Group, Eric Jing Xiandong, a lui aussi écrit un article dans ce dernier numéro.

Dans son article, Elon Musk revient sur sa vision du futur pour les technologies et l’humanité, et en profite pour faire la promotion de ses entreprises auprès du public chinois, « tout domaine qui contribue à un avenir durable est digne de notre investissement. Qu'il s'agisse de Tesla, de Neuralink ou de SpaceX, ces entreprises ont toutes été fondées dans le but ultime d'améliorer l'avenir de la vie humaine et de créer autant de valeur pratique pour le monde que possible ».

Elon Musk met l'accent sur l'importance des innovations technologiques pour le futur et incite les acteurs chinois de la tech à le suivre. « J'invite également davantage de partenaires chinois, partageant les mêmes idées, à se joindre à nous pour explorer les énergies propres, l'intelligence artificielle, la collaboration homme-machine et l'exploration spatiale, afin de créer un avenir qui vaut la peine d'être attendu », écrit-il.

La Chine, un marché incontournable pour Tesla

Kendra Schaefer, responsable de la recherche sur les politiques technologiques chez Trivium China, publication qui analyse la politique économique chinoise, explique qu’Elon Musk cherche à maintenir des relations saines avec la Chine, rapporte Bloomberg. Selon elle, cette prise de position du dirigeant de Tesla pourrait lui porter préjudice, même si le marché chinois représente une importante opportunité économique pour l’entreprise. Tesla vend déjà 25 % de ses voitures sur le territoire chinois. Toutefois, les États-Unis pourraient ne pas voir d’un bon œil cette opération séduction de la part d’Elon Musk.

La publication d’un article par le milliardaire américain dans un média appartenant à un organisme de censure de l’internet chinois va à l’encontre des positions défendues par Elon Musk. Le chef d’entreprise avait notamment expliqué vouloir racheter Twitter au nom de la liberté d’expression. Il semble être prêt à tout pour convaincre les acteurs politiques et les consommateurs chinois.