Amazon vient d’annoncer le rachat d’iRobot, entreprise qui commercialise notamment les aspirateurs intelligents Roomba, pour la somme de 1,7 milliard de dollars. Cette décision fait pénétrer Amazon encore davantage dans le domaine des maisons connectées, et va lui donner accès à des données très sensibles sur le foyer de millions de personnes.

iRobot connaît des difficultés

Il s’agit de la quatrième plus importante acquisition de l’histoire d’Amazon, après celle de Whole Foods en 2017, ainsi que celles de MGM Studios et de One Medical. iRobot propose ses aspirateurs intelligents Roomba qui, en plus de nettoyer les sols de manière autonome, sont capables de cartographier l’intérieur d’une maison ou d’un appartement grâce à l’IA, d’écouter des commandes vocales pour se déplacer entre les différentes pièces et même de reconnaître les visages. iRobot, qui a écoulé plus de 40 millions d’unités d’aspirateurs Roomba, commercialise également des serpillières électriques ou encore des nettoyeurs de piscine robotisés.

« Depuis de nombreuses années, l'équipe d'iRobot a prouvé sa capacité à réinventer la façon dont les gens nettoient avec des produits incroyablement pratiques et inventifs - qu'il s'agisse de nettoyer quand et où les clients le souhaitent tout en évitant les obstacles courants dans la maison, ou de vider automatiquement le bac de collecte. Les clients adorent les produits iRobot - et je suis enthousiaste à l'idée de travailler avec l'équipe iRobot pour inventer et rendre la vie des clients plus facile et plus agréable », a déclaré Dave Limp, chef des appareils matériels d'Amazon, dans un communiqué.

Ce rachat devrait faire du bien à iRobot, qui connaît actuellement quelques difficultés financières. Au second trimestre 2022, l’entreprise a annoncé une baisse de 30 % de son chiffre d'affaires, qui s'est établi à 255,4 millions de dollars, ainsi qu’une perte nette qui s'est creusée à 43,4 millions de dollars. Blâmant une baisse des commandes, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et un dollar plus fort, iRobot a été contrainte de se séparer de 140 de ses employés.

Des doutes sur les intentions d’Amazon

Amazon propose déjà de nombreux gadgets de domotique. Outre ses enceintes connectées Echo, le géant de l’e-commerce a également racheté Ring, firme spécialisée dans les sonnettes connectées, ainsi qu’Eero, qui propose des systèmes Wi-Fi très performants. L’année dernière, Amazon a également présenté Astro, un petit robot capable, lui aussi, de cartographier l’intérieur des foyers de ses utilisateurs.

Un aspirateur intelligent Roomba

Les aspirateurs d'iRobot cartographient l'intérieur des foyers afin d'établir leur parcours de nettoyage. Image : iRobot

Si le géant américain n’a pas révélé quels étaient ses plans exacts pour iRobot, certains experts s’alarment d’ores et déjà des données auxquelles la firme va avoir accès. « Les gens ont tendance à penser qu'Amazon est une société de vente en ligne, mais en réalité Amazon est une société de surveillance. C'est le cœur de son modèle économique, et c'est ce qui alimente son pouvoir de monopole et ses bénéfices. Amazon veut avoir les mains partout, et l'acquisition d'une société qui est essentiellement construite sur la cartographie de l'intérieur des maisons des gens semble être une extension naturelle de la portée de surveillance qu'Amazon a déjà », confie Evan Greer, directeur de l'organisation à but non lucratif de défense des droits numériques Fight for the Future, à Wired.

En effet, cette acquisition va permettre à Amazon d’obtenir les plans de l’intérieur des maisons de millions de détenteurs d’aspirateurs Roomba. Or, le passé de l’entreprise en matière de vie privée n’est pas des plus reluisants. Ring a par exemple noué des partenariats avec des milliers de services de police et de pompiers, et a admis avoir partagé des séquences vidéo domestiques avec les forces de l'ordre sans mandat. « La confiance des clients est une chose que nous avons travaillé dur pour gagner - et travaillons dur pour garder - chaque jour », a déclaré une porte-parole d’Amazon.

La FTC pourrait entrer dans la danse

Il n’est pas certain que l’acquisition d’iRobot se produise sans accrocs pour Amazon. La Federal Trade Commission (FTC), agence américaine chargée de l'application du droit de la consommation et du contrôle des pratiques commerciales anticoncurrentielles telles que les monopoles déloyaux, pourrait en effet s’en mêler ; d’autant plus que sa dirigeante, Lina Khan, est une fervente opposante à Amazon. D’ailleurs, le géant de l’e-commerce s’est opposé à sa nomination à la tête de l’agence fédérale.

La FTC cherchera probablement à obtenir des garanties de la part d’Amazon et surtout, à savoir ce qu’il adviendra des données détenues par iRobot. Pour rappel, l’agence a changé sa ligne de conduite et se montre désormais plus exigeante, elle tente ainsi d’empêcher Meta de faire l’acquisition du studio de réalité virtuelle Within.