Alors que la nouvelle année fiscale de Microsoft a démarré en juillet, Amy Hood, directrice financière de Microsoft, a fait part des changements mis en place par l’entreprise dans son offre de services liés au cloud. Les serveurs qui permettent aux clients de Microsoft de profiter d’Azure, la plateforme cloud du géant de la tech, vont voir leur durée de vie passer de quatre à six ans. Cette prolongation est à double tranchant, car si la société américaine s'attend à des économies, elle risque d'inquiéter ses clients et les fabricants de processeurs.

Une nouvelle qui ne réjouit pas les fabricants de composants

Au moment de l’annonce des résultats du précédent trimestre, Amy Hood a mis l’accent sur les avantages de ces changements. Selon elle, les investissements faits par l’entreprise ont augmenté l’efficacité des serveurs cloud de Microsoft, ce qui permet aujourd’hui d’augmenter leur durée de vie de deux ans. Ainsi, la directrice financière estime que les résultats de la société vont être marqués par une augmentation de 3,7 milliards de dollars à l'issue de l’année fiscale 2023.

L’entreprise ne rentre pas dans les détails concrets des améliorations de ses infrastructures cloud, mais les changements impliquent une utilisation prolongée des composants présents dans les serveurs. Une nouvelle qui ne réjouit pas AMD, Intel et Ampere, les fournisseurs historiques de Microsoft. L’augmentation de la durée de vie des serveurs implique une diminution de la fréquence d’achat de nouveaux composants.

Cette situation est d’autant plus inquiétante pour les clients de Microsoft, car ils devront dépendre d’une infrastructure vieillissante. En six ans, les fabricants auront probablement déjà produit trois nouvelles générations de processeurs, précise The Register. D'autres innovations en termes d’amélioration des infrastructures réseau auront aussi lieu durant cette période.

Microsoft suit la concurrence

La concurrence a annoncé ce même type de prolongation début 2022. Google propose désormais des serveurs pendant quatre ans et ceux d’Amazon Web Services (AWS) ont une durée de vie de cinq ans. Les entreprises pourraient être tentées de changer de fournisseurs cloud si la nouvelle proposition de Microsoft menace de les affecter.

Même si AWS reste le leader mondial des services liés au cloud avec 33 % des parts de marché au premier trimestre 2022, Microsoft maintient également une position forte à hauteur de 22 %. D’un trimestre à l'autre, le cloud a permis de doper les résultats financiers de la société, avec le chiffre d’affaires d’Azure qui a augmenté de 46 % en un an au premier trimestre 2022. Derrière ce changement il est possible de prêter à l'entreprise des intentions de développement durable, mais les clients espèrent surtout une diminution du coût du service.