Après des résultats trimestriels décevants, Match Group, maison-mère des applications de rencontre Tinder, Hinge ou encore OkCupid, a annoncé la mise en suspens de plusieurs projets ainsi qu’un remaniement de sa direction.

Match Group n’atteint pas les prédictions

Au deuxième trimestre 2022, s’étendant d’avril à juin, Match Group a enregistré un chiffre d’affaires de 795 millions de dollars. S’il s’agit d’une augmentation de 12 % par rapport à l’année dernière, ce chiffre n’atteint pas les attentes de l'entreprise qui avait prédit des revenus de 804 millions de dollars. Le nombre d'utilisateurs payants a augmenté de 10 % pour atteindre 16,4 millions, tandis que le revenu par abonné payant a augmenté de 3 % pour atteindre 15,86 dollars.

Les revenus de Tinder ont quant à eux augmenté de 13 %. Un règlement de litige lié à l’application phare a entraîné un paiement de 441 millions de dollars et un flux de trésorerie disponible négatif de 7 millions de dollars, rapporte CNBC. Le cours de l’action de Match Group a chuté de 22 % après l’annonce (pdf) des résultats. Il a perdu 42 % de sa valeur depuis le début de l'année, alors que le secteur de la tech connaît de plus en plus de difficultés.

Le groupe explique ce bilan décevant par sa bonne performance en 2021 lorsqu’il a bénéficié du retour à la vie normale grâce aux vaccins contre le Covid-19. Il assure également que moins de personnes s’intéressent aux applications de rencontre qu’avant la pandémie, ce qui pourrait suggérer un changement de comportement chez les jeunes générations.

Match Group est également possesseur de l'application de rencontre Hinge. Photographie : Good Faces Agency / Unsplash

De nombreux changements à la tête de Tinder

Dans ce contexte, le PDG de Tinder, Renate Nyborg, va quitter son poste alors qu’il l’occupait depuis moins d’un an. Bernard Kim, PDG de Match Group, a pointé du doigt l’« exécution décevante de plusieurs optimisations et initiatives de nouveaux produits » pour expliquer l’échec de la monétisation de l’application ainsi que son incapacité à atteindre ses objectifs pour le trimestre. Il a par ailleurs affirmé que l'exécution et la vitesse des produits de Tinder pouvaient encore être améliorées.

De manière globale, Match Group va opérer de nombreux changements à sa tête avec des modifications de postes. Le groupe est, pour l’heure, à la recherche du nouveau PDG de Tinder.

Des projets mis à l’arrêt

En conséquence, Bernard Kim a mis en pause les projets de son entreprise dans le métavers. En faisant l’acquisition d’Hyperconnect en février 2021, la firme ambitionnait de créer une nouvelle forme de rencontres en ligne dans un environnement virtuel. « Compte tenu de l'incertitude quant aux contours ultimes du métavers et de ce qui fonctionnera ou non, ainsi que de l'environnement opérationnel plus difficile, j'ai demandé à l'équipe Hyperconnect d'itérer mais de ne pas investir massivement dans le métavers pour le moment. Nous continuerons à évaluer cet espace avec soin, et nous envisagerons d'aller de l'avant au moment opportun, lorsque nous aurons plus de clarté sur l'opportunité globale et que nous aurons le sentiment d'avoir un service bien positionné pour réussir », a déclaré le PDG.

De même, ses plans dans le domaine des cryptomonnaies, avec les Tinder Coins, vont être mis de côté : « Après avoir constaté les résultats mitigés du test des Tinder Coins, nous avons décidé de prendre du recul et de réexaminer cette initiative afin qu'elle puisse contribuer plus efficacement aux revenus de Tinder. Nous avons également l'intention de réfléchir davantage aux biens virtuels pour nous assurer qu'ils peuvent être un véritable moteur pour la prochaine étape de croissance de Tinder et nous aider à libérer les utilisateurs puissants inexploités sur la plateforme ».

Tinder veut en outre explorer des options pour attirer davantage de femmes, notamment à travers une formule d'abonnement qui fournira des recommandations personnalisées, ainsi que des fonctionnalités destinées à impliquer les amis dans les présentations. Néanmoins, Match Group ne s’attend pas à des merveilles pour son troisième trimestre : elle prédit des revenus entre 790 et 800 millions de dollars. Les analystes s’attendaient à une prédiction de 883 millions de dollars.