Adam Mosseri, dirigeant d’Instagram depuis 2018, va se relocaliser à Londres pendant plusieurs mois afin d’améliorer, entre autres, les solutions pour les créateurs. Cette décision intervient alors que la plateforme est sous le feu des critiques à cause des changements qui lui sont apportés.

Londres, plus grand centre d’ingénierie d’Instagram en dehors des États-Unis

Ce n’est pas la première fois que Mosseri quitte le siège social de Meta au sein de la Silicon Valley en Californie. Il a notamment travaillé depuis Hawaii, Los Angeles ou encore Cape Cod dans le Massachusetts. Sa venue à Londres n’est pas due au hasard pour autant ; la capitale britannique est le plus grand centre d'ingénierie de Meta en dehors des États-Unis et compte plus de 4 000 employés de l’entreprise, y compris une équipe dédiée aux produits Instagram avec des personnes qui se concentrent sur la construction de solutions à long terme pour les créateurs, l’une des priorités du dirigeant.

Comme le note le média spécialisé Social Media Today, il est également important de noter que Londres abrite une importante équipe de TikTok qui planifie sa future offensive sur les achats en ligne et l'intégration du commerce en direct dans l'application. Toutefois, la firme a pris la décision de ralentir son projet, l’arrivée de Mosseri dans les locaux londoniens d’Instagram pourraient ainsi permettre à Meta de devancer son grand rival dans ce secteur.

En effet, entrée en scène en 2019, TikTok a littéralement explosé en popularité et a même dépassé Instagram. L’application chinoise est désormais la plus téléchargée au monde, et Instagram tente désespérément de lui ressembler, quitte à se mettre ses utilisateurs à dos.

Une femme crée un Reels.

Instagram pousse très fortement son format Reels, pensé pour concurrencer TikTok. Photographie : June Aye / Unsplash

Instagram mise tout sur les Reels, au détriment des utilisateurs

Instagram a lancé le format de vidéos courtes Reels en 2020 pour directement concurrencer TikTok, et veut désormais en faire la pierre angulaire de sa plateforme. Par exemple, toutes les vidéos qui sont publiées sur le réseau social sont maintenant automatiquement converties en Reels. Pour pousser ce format, Instagram possède une stratégie assumée en proposant dans le feed des utilisateurs des Reels de personnes qu’ils ne suivent pas… Et cela passe mal.

La semaine dernière, des milliers d’utilisateurs, dont les très populaires Kylie Jenner et Kim Kardashian, se sont plaints des changements sur Instagram en lui demandant d’arrêter de copier TikTok et de « rester Instagram » en permettant aux utilisateurs d’avoir accès facilement au contenu des personnes auxquelles ils sont abonnés. En réponse, Adam Mosseri a expliqué qu'Instagram s'orientait vers les vidéos tout en essayant de rester engagé auprès des créateurs, de soutenir les photos et de mettre le contenu des amis en haut du fil d'actualité d'un utilisateur.

Meta a d’ailleurs fait marche arrière sur certaines des nouvelles fonctionnalités d'Instagram au centre des critiques, notamment l’affichage sur plein écran, quelques heures seulement après que Mark Zuckerberg ait défendu leur arrivée.

Meta connaît des difficultés à l’instar du secteur tech en général

La relocalisation de Mosseri intervient, en outre, alors que Meta a vu son chiffre d’affaires reculer pour la première fois de son histoire à cause des difficultés rencontrées par le secteur publicitaire. Pendant le dernier trimestre, Meta a constaté une augmentation de 30 % du temps que les utilisateurs consacrent aux Reels, mais la rentabilité du format n’est pas encore au même niveau que certaines de ses autres fonctionnalités.

Par ailleurs, Facebook a perdu près de 2 millions d’abonnés en Europe depuis le début de l’année.