Amazon vient de publier son rapport annuel sur la durabilité et ses résultats ne sont pas très positifs. Les émissions de CO2 de l’entreprise ont en effet augmenté de 18 % par rapport à 2020. Elles avaient déjà connu une hausse de 19 % en 2020.

Une forte activité à cause de la pandémie

Le géant de l’e-commerce a ainsi émis l’équivalent de 71,54 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone l'année dernière, soit à peu près autant de pollution que 180 centrales électriques au gaz rejettent chaque année, explique The Verge. Amazon justifie notamment cela par la pandémie de Covid-19 et l’explosion du secteur de l’e-commerce qui en a résulté, avec de nombreuses personnes qui ont choisi d’acheter des produits en ligne afin de pratiquer la distanciation sociale, ce qui a fait bondir les profits d’Amazon.

En conséquence, la firme a doublé la taille du réseau de traitement des commandes qu'elle avait construit au cours des 25 années précédentes, et a effectué beaucoup plus de livraisons. Elle a également ajouté des centres de données pour prendre en charge Amazon Web Services (AWS), alors que la demande en cloud computing a fortement augmenté suite à la pandémie. Pour rappel, AWS est le premier fournisseur cloud au monde.

« Alors que nous travaillons à la décarbonisation de notre entreprise, Amazon connaît une croissance rapide. Nous avons redimensionné notre activité à un rythme sans précédent pour aider à répondre aux besoins de nos clients pendant la pandémie », indique l'entreprise dans son rapport de durabilité.

Une fourgonnette de livraison Amazon Prime.

L'activité d'Amazon a augmenté en 2021 à cause de la pandémie de Covid-19. Photographie : Andrew Stickelman / Unsplash

Amazon critiquée pour la manière dont elle calcule ses émissions

Pourtant, Amazon vise la neutralité carbone en 2040, et a annoncé un investissement de 2 milliards de dollars dans les nouvelles technologies climatiques. Afin de contrebalancer, l’entreprise explique que « l'accent ne doit pas être mis uniquement sur l'empreinte carbone d'une entreprise en termes d'émissions absolues de carbone, mais également sur la réduction de son intensité carbone ». Ce terme désigne le rapport des émissions de CO2 à la production d’une entreprise, et Amazon assure que son intensité carbone a baissé de 1,9 %, un chiffre qui reste tout de même minime.

D’ailleurs, l’intensité carbone est moins significative si l’activité de l’entreprise a augmenté d’une année sur l’autre, comme c’est le cas ici avec Amazon. Le géant de l’e-commerce a pris des décisions afin de réduire son impact carbone, notamment en signant un contrat avec Rivian pour obtenir 100 000 fourgonnettes de livraison électriques, mais pour l’heure, ses efforts ne se font pas ressentir sur ses émissions de CO2.

Il faut également savoir que les chiffres dévoilés par Amazon sont peut-être faussés, la manière dont elle rapporte ses émissions ayant déjà créé la controverse par le passé. En effet, contrairement à ses rivaux comme Target ou Walmart, Amazon n'inclut pas les émissions liées à la fabrication de nombreux produits qu'elle vend. Elle prend uniquement en compte les émissions de carbone liées à l'utilisation des produits de la marque Amazon, et non ceux qu'elle achète aux fabricants et vend directement au client.

Au total, les émissions carbone de la firme ont augmenté de 40 % depuis qu’elle a commencé à les dévoiler publiquement, en 2019.