En Chine, l’entreprise spécialisée en conduite autonome Pony.ai a établi un partenariat avec Sany Heavy Truck, une filiale du fabricant chinois d'équipements lourds Sany Heavy Industry. Objectif : créer une marque de camions autonomes.

La production en masse débutera en 2024

Les firmes veulent combiner la technologie de conduite autonome de Pony.ai, basée sur le système Drive Orin de Nvidia, avec les capacités de construction de poids lourds de Sany Heavy Truck pour élaborer des camions autonomes de niveau 4, c’est-à-dire capables de se déplacer sans aucun chauffeur de sécurité. « Ce partenariat entre Sany et Pony.ai est l'ultime collaboration entre le "corps" et le "cerveau" du camion et permet ainsi de produire en masse des camions autonomes de haut niveau », a déclaré Liang Linhe, président de Sany Heavy Truck.

Dès cette année, les livraisons à petite échelle des camions devraient débuter, tandis que la production en série commencera en 2024. Pony.ai prévoit d'atteindre une production annuelle d'environ 10 000 camions d'ici quelques années. Certains des camions, mais pas tous, seront des « véhicules à énergie nouvelle », une catégorie qui comprend les véhicules électriques.

Pony.ai est implémentée en Chine et en Californie. Entreprise très prometteuse dans le secteur de la conduite autonome, elle est valorisée à 8 milliards d’euros. Au mois d’avril, elle est devenue la première entreprise à obtenir une licence pour opérer des robotaxis en Empire du Milieu, à Guangzhou plus précisément. Elle a également obtenu un permis pour fournir des services de transport sans chauffeur à Pékin.

L’avenir prometteur des camions autonomes

Le secteur des camions autonomes est en plein essor et très prometteur. Selon des experts, cités par le média CNBC, ces véhicules vont se populariser et être adoptés plus rapidement que les robotaxis, notamment en raison de la nature plus uniforme des itinéraires des camions le long des autoroutes. Les trajets quotidiens en camion durent généralement des heures, alors que les trajets en taxi sont beaucoup plus courts.

D’ailleurs, les projets et les partenariats dans ce domaine sont légion et démontrent tout l’intérêt de l’industrie pour celui-ci. Au mois de juin par exemple, Waymo Via a signé un accord avec Uber Freight pour introduire des camions équipés de sa technologie de conduite autonome au réseau de chauffeurs d’Uber. De même, la firme Aurora ​​s’est associée à Volvo pour développer des camions autonomes en Amérique du Nord. Les géants Daimler, FedEx et Walmart misent eux aussi sur cette technologie.

Selon les règles en vigueur en Chine actuellement, les robots autonomes de Pony.ai et de Sany Heavy Truck ne pourraient pas fonctionner de manière totalement autonome. Pony.ai s’attend toutefois à ce que la réglementation évolue pour lui permettre d’opérer des véhicules autonomes dans tout le pays.