Jack Ma, le fondateur d’Alibaba et de Ant Group envisage de céder la filiale spécialisée dans le paiement et son service Alipay. C’est ce que rapporte le Wall Street Journal dans un article publié le 29 juillet. Cette décision intervient alors que les dirigeants d’Ant Group se sont retirés de leur partenariat avec Alibaba après des années passées dans les viseurs des régulateurs chinois.

Jack Ma est prêt à passer le flambeau

D’après des sources proches du dossier, cela ferait plusieurs années déjà que Jack Ma réfléchit à transmettre le contrôle de Ant Group. L’entrepreneur chinois n’occupe pas de poste de direction au sein de l’entreprise et n’est pas non plus membre de son conseil d’administration. Cependant, il possède 50,52 % des parts du groupe au travers d’une entité dont il a le contrôle. Il pourrait transférer une partie de son pouvoir de décision vers d’autres responsables de la fintech comme Eric Jing, le directeur général d’Ant Group.

Le groupe chinois aurait déjà informé les régulateurs des intentions de Jack Ma alors que l’entreprise se prépare à se transformer en une holding financière. Bien que les autorités chinoises n’aient pas expressément demandé ce changement, ces dernières ont donné leur accord, et des cadres dirigeants ont déjà commencé à quitter Ant Group.

Jack Ma s’est retiré de son rôle de pdg d’Alibaba en 2013 et a démissionné du conseil d’administration en septembre 2019. Depuis, il ne possède que 5 % des parts de marché du géant de l’e-commerce.

L’introduction en Bourse d’Ant Group toujours en suspens

Selon les informations du média américain, si Jack Ma a mis autant de temps à annoncer son intention d'abandonner le contrôle d’Ant Group, c’est pour éviter de retarder davantage l’introduction de la fintech en Bourse. Pékin impose un délai de carence en cas de changement d’actionnaire majoritaire. D’après la réglementation chinoise, les entreprises ne peuvent pas être cotées en Bourse si elles ont connu un tel changement au cours des trois dernières années.

En 2020, les autorités de régulation chinoises avaient déjà suspendu l’introduction en Bourse d’Ant Group afin d’avoir la mainmise sur des entités au pouvoir trop important. Pour échapper à des mesures encore plus strictes, Alibaba a annoncé le 27 juillet se séparer des dirigeants d’Ant Group. La fintech assure qu’elle entrerait en Bourse un jour ou l’autre et son introduction est déjà estimée à 300 milliards de dollars.