Shopify est sur le fil du rasoir. Elle va réduire de 10% ses effectifs pour pallier une erreur de stratégie durant la période de confinement. Dans une lettre adressée au personnel publiée le mardi 26 juillet 2022, le PDG de la société, Tobi Lütke, a admis que son pari sur la pérennité et la croissance du e-commerce au-delà de la crise sanitaire ne s’est pas révélé payant, car les consommateurs ont repris leurs anciennes habitudes d’achat. Il y explique que l’entreprise doit remercier des employés affectés à des postes spécifiques tels que le support ou encore les ventes.

Shopify paie cher son erreur

Shopify tente de renforcer ses activités et son personnel pour répondre à l’explosion des commandes en ligne depuis le début de la Covid. La plateforme offrant des solutions e-commerce en Saas (Software as a Service) aux commerçants de détails, avait fait le pari que « la part de dollars dépensés en e-commerce plutôt que dans les magasins physiques allait bondir, de façon permanente, avec 5 à 10 ans d'avance sur nos prévisions ».

Depuis la levée du confinement, les acheteurs ont toutefois regagné les marchés physiques. Et bien que la part des ventes en ligne continue de croître, les investissements de Shopify n’ont pas abouti aux résultats escomptés.

Face à cette réalité, la société est contrainte de rectifier sa feuille de route en procédant à un licenciement à hauteur de 10% de son effectif, ce qui correspondrait à 1000 employés environ. Les salariés concernés auront droit à 16 semaines d’indemnités de départ et une semaine d’indemnité supplémentaire par année d’ancienneté.

Shopify va de l’avant

Shopify considère cet échec comme une épreuve, et Tobi Lütke assure que la société dispose encore d’énormes opportunités devant elle. Dans son communiqué, le PDG a mentionné que les mesures qu’il a prises visaient à élever le potentiel et la notoriété de l’entreprise. Dorénavant, les équipes de Shopify se concentreront plus sur la création et le soutien des créateurs de produits, et elles devront se montrer plus motivées, a-t-il précisé.

La suppression d’emplois chez Shopify n’est pas un cas isolé. Dans un contexte économique difficile, Microsoft, TikTok, Tencent, ou encore ByteDance ont également dû tailler dans leurs effectifs pendant la période de crise et après le confinement.