Le gouvernement chinois a ordonné la mise en place d'un « circuit fermé » pour assurer le fonctionnement des usines de semi-conducteurs sur le territoire. Concrètement, cela signifie que les employés qui travaillent dans ces usines en Chine sont obligés de dormir sur place.

Dormir dans une usine de semi-conducteurs à Shenzhen

Les employés des usines de Shenzhen qui travaillent pour le géant des semi-conducteurs SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation) et d'autres fabricants chinois, devront désormais dormir sur leur lieu de travail cette semaine. En effet, le gouvernement a ordonné aux entreprises d'adopter un mode de fonctionnement en circuit fermé pour se prémunir contre le virus du Covid-19. Les autorités de Shenzhen ont donné cet ordre aux fabricants et aux usines en raison d'une nouvelle vague d'infections causées par le variant Omicron du Covid-19.

Les salariés de Huawei, DJI, ZTE et Foxconn (le fournisseur principal d'Apple) sont également concernés, tout comme ceux de Tesla en avril dernier. La réglementation doit normalement prendre fin au bout de sept jours. Elle vise à limiter les déplacements des employés. Cela signifie que les travailleurs devront dormir et manger sur leur lieu de travail tout au long de la semaine. Le fonctionnement en circuit fermé est la principale stratégie utilisée par le gouvernement chinois pour éviter une nouvelle épidémie de Covid-19 tout en maintenant les usines ouvertes.

La Chine continue de faire appliquer sa politique zéro-Covid

Logiquement, cette réglementation ne s'applique que pour les installations qui disposent de logements sur place pour les employés. Les employés subissent quotidiennement des tests de dépistage du Covid-19 et l'accès des visiteurs est quasiment interdit. La ville de Shenzhen, qui compte 17,5 millions d'habitants, a signalé 21 nouveaux cas de Covid-19 dimanche, soit une légère augmentation par rapport aux 19 cas enregistrés la veille. Ce qui n'est rien à côté d'autres grandes villes comme New York, où vivent 8,4 millions de personnes et où 5 054 cas ont été recensés le 22 juillet, contre 5 321 la veille.

Contrairement aux pays occidentaux, la Chine a adopté une politique zéro-Covid. Cependant, plusieurs observateurs reconnaissent que les restrictions ont eu un effet néfaste sur les résidents et les mesures de confinement ont ralenti l'économie chinoise, entraînant une baisse de 2,6 % du produit intérieur brut au cours du dernier trimestre. Au début de l'année, plus de 60 % du personnel de la SMIC à Shanghai a dû vivre sur le campus de l'entreprise, ou du moins à proximité, pendant une certaine période en raison d'un ordre de fermeture dans la plus grande ville de Chine.