La Federal Communications Commission (FCC) vient d'ouvrir une enquête pour tenter de découvrir comment les opérateurs télécom utilisent les données de géolocalisation des smartphones de leurs clients. Une nouvelle enquête alors que le Congrès débat d'un projet de loi qui pourrait affaiblir le pouvoir de la FCC en matière de protection de la vie privée.

La FCC ouvre une enquête auprès des opérateurs télécom

Après avoir récemment interdit l’opérateur China Unicom aux États-Unis, Jessica Rosenworcel, la présidente de la Federal Communications Commission, a ordonné aux opérateurs de téléphonie américains d'éditer des rapports pour donner plus de détails sur la manière dont ils utilisent les données de géolocalisation qu'ils collectent auprès de leurs clients. L'enquête de Rosenworcel pourrait être une première étape avant une action plus forte. Tout dépend du sort que réservent les législateurs américains à la FCC. En effet, le pouvoir de l'autorité est en péril. Certains membres du Congrès veulent empêcher la FCC de réglementer les pratiques de confidentialité des opérateurs.

La présidente de la FCC a envoyé ce mardi 26 juillet un recommandé aux 15 principaux opérateurs du pays. Dans sa lettre, Jessica Rosenworcel demande aux fournisseurs de donner un certain nombre de détails sur leurs politiques en matière de données de géolocalisation. Par exemple, la FCC souhaite savoir combien de temps les données sont conservées et pourquoi, et quelles sont les garanties actuelles pour protéger ces informations sensibles. Dans la lettre, la présidente interroge également les opérateurs sur leurs processus de partage des données de géolocalisation des abonnés avec les forces de l'ordre.

Selon l'institution, il y a de fortes raisons de s'inquiéter

En vertu de la législation américaine sur les communications, il est interdit aux opérateurs d'utiliser ou de partager des informations privées, sauf dans des circonstances spécifiques. Jessica Rosenworcel a demandé aux opérateurs de répondre aux questions avant le 3 août 2022. Parmi les destinataires de la lettre figurent les trois grands opérateurs du pays : AT&T, T-Mobile et Verizon. Il y a également les câblo-opérateurs Comcast et Charter, qui revendent des services mobiles et d'autres opérateurs comme Consumer Cellular, C-Spire, Dish, Google, H2O Wireless, Lycamobile, Mint Mobile, Red Pocket et US Cellular.

Cette enquête prouve certainement qu'il y a encore des raisons de s'inquiéter que les données soient collectées par les opérateurs. Si les professionnels du secteur ont volontairement décidé de mettre fin à la vente d'informations de géolocalisation en temps réel, un rapport de la FCC datant de l'année dernière a révélé que 98% des acteurs du marché de l'Internet mobile collectaient plus de données que nécessaire. Cette nouvelle enquête est importante à la lumière de la longue histoire des abus commis par les opérateurs qui vendent depuis longtemps des données « aux forces de l'ordre, aux chasseurs de primes et même à certaines organisations criminelles » selon la FCC.