Le rachat de Mandiant par Google devrait bel et bien se concrétiser avant la fin 2022, le département de la Justice américain ayant finalisé son enquête et donné son feu vert pour la fusion des deux entreprises.

Un rachat pour renforcer Google Cloud

La firme de Mountain View a annoncé le rachat de Mandiant au mois de mars pour 5,4 milliards de dollars, avec l’ambition d’intégrer ses solutions en cybersécurité dans son offre de cloud computing, Google Cloud.

« Les entreprises doivent être en mesure de détecter et de répondre rapidement aux adversaires, d'analyser et d'automatiser les renseignements sur les menaces afin d'étendre la détection des menaces à l'ensemble de l'organisation, d'orchestrer et d'automatiser la remédiation, de valider leur protection contre les menaces connues et de visualiser leur environnement informatique afin d'identifier et de simuler de nouvelles menaces », expliquait le géant américain dans un communiqué lors de l’annonce de l’acquisition.

Pour l’heure, Google se positionne en troisième position des fournisseurs cloud dans le monde, et est devancée par ses concurrentes directes Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure. D’ailleurs, la firme de Mountain View a réalisé un gros coup en mettant la main sur Mandiant, qui était également courtisée par Microsoft.

Deuxième plus gros rachat de l’histoire de Google

Un mois après l’annonce du rachat, au mois d’avril dernier, le département de la Justice a néanmoins mis un léger coup d’arrêt à la transaction en demandant davantage d’informations aux deux entreprises concernées afin d’établir si l’acquisition était problématique d’un point de vue légal et concurrentiel. Finalement, les autorités sont prêtes à donner leur feu vert pour la complétion du rachat.

Un document rendu public le 15 juillet par la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme fédéral chargé de réglementer et de contrôler les marchés financiers, explique en outre que le département de la Justice a également renoncé à la période d'attente obligatoire pour la fusion, qui était une condition de la vente. Désormais, Google et Mandiant doivent s’entendre pour finir la transaction, et ont indiqué que cela devrait être fait avant la fin de l’année.

La cybersécurité est une thématique qui prend de plus en plus d’ampleur, il n’est donc pas étonnant de voir que Google n’a pas hésité à réaliser le deuxième plus gros rachat de son histoire pour renforcer la sécurité de son offre, le premier étant l’acquisition de la division téléphonie de Motorola, Mobility, pour 12,5 milliards de dollars en 2011.