La démocratisation de nouvelles technologies et d’outils digitaux dans le secteur du vin s’est fortement accélérée ces derniers mois. Les innovations introduites visent à répondre aux nouvelles attentes et habitudes des consommateurs, mais génèrent aussi des opportunités de développement.

Le digital, un moyen de faire face aux nouvelles habitudes de consommation

Au cours des dernières années, et particulièrement depuis le début de la crise sanitaire, le rapport des consommateurs au vin a grandement évolué. Qu’ils soient jeunes ou plus âgés, 62 % des Français s'intéressent désormais au monde vitivinicole, soit 12% de plus par rapport à 2019 (Baromètre SoWine/Dynata, 2021). Près d'un sur deux se déclare amateur éclairé. Néophytes comme connaisseurs se soucient de près à ce qu’ils ont dans leur verre, mais également sa provenance. Pour obtenir ces informations, ils se tournent machinalement vers le web. Le baromètre dévoile que les Français sont de plus en plus adeptes des sites (38 %) et des réseaux sociaux (37 %) pour s’instruire quant à l'univers viticole.

Pour les professionnels du vin, le digital redessine complètement les cartes de la relation client : les consommateurs peuvent s’informer, comparer et acheter des produits sur des sites comme Millésima en l’espace de quelques minutes. Pour ces raisons, la vente de vin en ligne a connu une croissance phénoménale durant ces dernières années, accélérée par la pandémie. Début 2020, la vente digitale de vin représentait 500 millions d’euros, soit 9 % de la consommation nationale. Un chiffre qui ne cesse de grimper.

Pour les entreprises, l’enjeu est donc clair : le digital est une façon de combler les attentes des consommateurs en leur apportant les informations nécessaires sur leurs exploitations et leurs vins. Il est aussi un atout considérable pour booster sa notoriété, et ainsi sa croissance.

De nouvelles opportunités offertes par le digital

Conscient des opportunités que réserve le web, 56 % des professionnels du vin déclarent vouloir se former au digital (enquête association Vin & Société, 2022). Leur objectif est de mieux maîtriser la communication sur les réseaux sociaux, apprendre à développer leur site e-commerce ainsi que connaître des outils digitaux dans la viticulture.

Le but est de réussir à saisir les opportunités offertes par le numérique pour transformer toutes les étapes, de la production à la commercialisation. 58 % des entreprises estiment que le digital a un véritable intérêt pour vendre les vins, et 35 % d’entre elles affirment qu’il peut être utile pour optimiser le travail dans les vignes et au chai. Les stations météo connectées ainsi que les outils pour prévenir les maladies sur les vignes font partie des technologies qui suscitent l’intérêt des professionnels du vin. L’utilisation de drones s’avère également pratique, mais coûteuse.

Bien que le secteur ne fasse que ses premiers pas dans le monde du digital, l’intérêt pour les nouvelles technologies augmente. Ces dernières s’installent désormais progressivement et durablement dans le quotidien des acteurs du vignoble français.