DALL-E 2, l’intelligence artificielle (IA) développée par OpenAI capable de générer une image à partir d’un texte, entre en version bêta. La société américaine spécialisée dans la création d’IA a annoncé, le 20 juillet, ouvrir sa technologie à 1 million de personnes inscrites sur la liste d’attente.

DALL-E 2 s’ouvre à plus de personnes

Lancé en avril dernier, DALL-E 2 est le successeur et la version améliorée de DALL-E. Cette intelligence artificielle peut concevoir une image à l’aide d’une simple phrase ou de quelques mots. Elle peut également modifier une image déjà existante en ajoutant et supprimant des éléments ou créer différentes variations de celle-ci en s’inspirant de l’originale.

Dans la même catégorie
Deux ours en peluche sous l'eau travailant sur un ordinateur

Ce que donne une image générée par DALL-E 2 avec le texte « Des ours en peluche travaillant sous l’eau sur une technologie d’IA avec du matériel informatique des années 90 ». Image : OpenAI.

Depuis son lancement, DALL-E 2 n’était disponible qu’à un groupe restreint d’environ 100 000 utilisateurs. En rendant accessible son intelligence artificielle à un plus grand nombre de personnes, OpenAI opte pour un modèle économique un peu particulier. L’utilisation gratuite de DALL-E 2 sera limitée par un système de crédit.

Pour leur premier mois, chaque utilisateur recevra 50 crédits pour générer de nouvelles images. La conception par texte permettra d’obtenir quatre images tandis que la modification ou la création de variations en produira trois. Chaque mois, le solde sera renouvelé gratuitement de 15 crédits. Si un utilisateur en a besoin de plus, il peut acheter un pack additionnel de 115 crédits à hauteur de 15 dollars.

Tableau du système de crédits de DALL-E

Voilà comment se présente le nouveau système de crédits de DALL-E 2. Image : OpenAI.

OpenAI prévoit d’autoriser l’usage de DALL-E 2 pour des projets commerciaux. « À partir d’aujourd’hui, les utilisateurs obtiennent tous les droits d’utilisation pour commercialiser les images qu’ils créent avec DALL-E, y compris le droit de réimpression, de vente et de commercialisation », précise l’entreprise dans une publication de blog.

Corriger les biais des technologies d’IA

D’après OpenAI, rendre plus accessible son intelligence artificielle devrait permettre de réduire les biais de la génération d’images de DALL-E 2. TechCrunch rapporte que la société basée à San Francisco a déclaré avoir déployé une version de l’IA qui l’encourage à générer des images de personnes « qui reflètent plus fidèlement la diversité de la population mondiale » lorsqu’on lui demande de dépeindre des personnes de race et de sexe indéterminé.

OpenAI a déjà pris des mesures quant à la génération de certains contenus. Ainsi, DALL-E n’autorise pas la création contenant de l’automutilation, des symboles haineux ou des activités illégales. En juin dernier, le média américain Futurism a pu demander à Craiyon, une version de DALL-E accessible à tous, de produire des images représentant des rassemblements du Klu Klux Klan. Pour l’entreprise, « rendre DALL-E plus accessible est important pour le déploiement d’IA responsable, car il nous permet d’en savoir plus sur son utilisation dans le monde réel et d’améliorer nos systèmes de sécurité. »

Le passage en bêta de DALL-E 2 va permettre à OpenAI de mieux comprendre l’usage qu’en font ses utilisateurs afin de perfectionner son IA. Elle indique que « nous poursuivons nos recherches sur la façon dont les systèmes d’IA, comme DALL-E, peuvent refléter des biais dans leurs données d’apprentissage et sur les différentes façons de les traiter ».