Amazon a dévoilé que les véhicules électriques conçus par Rivian pour ses livraisons avaient commencé à être déployés à travers les États-Unis. Néanmoins, il n’est pas certain que le constructeur parvienne à livrer l’intégralité des vans au géant de l’e-commerce dans les temps initialement prévus.

Des fourgonnettes électriques et très modernes

Le partenariat entre les deux entreprises a été établi en 2019 et prévoyait la livraison de 100 000 fourgonnettes électriques Rivian qui seraient utilisées par Amazon pour ses livraisons. En plus de permettre au géant de l’e-commerce de renforcer son dispositif de livraison afin de surpasser les spécialistes du secteur comme UPS, cet accord est également une pierre angulaire de son Climate Pledge Fund, Amazon souhaitant atteindre la neutralité carbone dès 2040. En effet, l’importante augmentation de véhicules de livraison contribue à faire croître les émissions de CO2 à travers le monde.

Les fourgonnettes R1T sont équipées de grands écrans tactiles ainsi que de sièges avec chauffage et refroidissement intégrés. Les portes sont quant à elles conçues pour permettre aux conducteurs de monter et de descendre plus facilement des camions. Par ailleurs, le logiciel de navigation des vans Rivian guide automatiquement les conducteurs vers leur prochaine adresse et affiche des informations sur les clients, ils sont aussi dotés d’une autonomie suffisante pour effectuer des livraisons toute la journée et se recharger pendant la nuit.

Selon Amazon, des centaines de véhicules vont désormais être déployés dans des villes comme Los Angeles, Baltimore, Chicago, Dallas, Kansas City, Nashville, Phoenix, San Diego, Seattle et St. Louis. Quelque 100 villes américaines devraient les accueillir d’ici la fin de l’année.

« Aujourd'hui, nous franchissons une étape importante dans notre engagement en faveur du climat. Rivian a été l'une des premières entreprises dans lesquelles Amazon a investi par le biais du Climate Pledge Fund, et nous ne faisons que commencer notre voyage pour avoir 100 000 véhicules Rivian sur la route d'ici 2030. Et, en plus d'être durables, ces nouveaux véhicules sont également excellents pour les conducteurs - ils ont été conçus en tenant compte des commentaires et des réactions des conducteurs tout au long du processus, et ils font partie des véhicules de livraison les plus sûrs et les plus confortables sur la route aujourd'hui », a déclaré Andy Jassy, le PDG d’Amazon.

Les PDG de Rivian et d'Amazon devant une fourgonnette de livraison.

Les PDG de Rivian et d'Amazon, R.J. Scaringe et Andy Jassy, devant une fourgonnette de livraison conçue par Rivian. Photographie : Amazon

Rivian en difficulté

Si ces nouvelles semblent très bonnes, le New York Times rapporte qu’en réalité, Rivian rencontre des difficultés pour atteindre les objectifs de production qui lui étaient préalablement fixés par Amazon. Initialement, les 100 000 véhicules étaient ainsi prévus pour… 2024. La déclaration de Jassy repousse donc cette date à six années plus tard.

La société, dont Amazon détient 18 % des parts, est en effet frappée de plein fouet par la pénurie de semi-conducteurs, tandis que son dirigeant a récemment annoncé des licenciements ainsi que d’autres mesures pour baisser ses coûts, à l’instar de nombreuses autres entreprises du secteur de la tech. « Nous procédons à des ajustements dans certaines équipes de l'entreprise. Ce sont certaines des décisions les plus difficiles que l'on doit prendre en tant que dirigeant, pour reconnaître où nous dépensons nos dollars, où nous nous concentrons ou passons notre temps », a ainsi déclaré R.J. Scaringe, fondateur et PDG de Rivian.

Fondé en 2009, Rivian a longtemps été perçue comme l’un des nouveaux constructeurs de véhicules électriques les plus prometteurs ; d’ailleurs, la firme a réalisé, en 2021, l’introduction en bourse la plus importante depuis 2014.

Les jeunes constructeurs automobiles confrontés à la dure réalité

Les difficultés rencontrées par l’entreprise sont symptomatiques des nouveaux venus dans le secteur automobile, et plus particulièrement dans celui des véhicules électriques. Mis à part Tesla, les jeunes pousses souhaitant innover dans ce domaine et bousculer les constructeurs historiques sont notamment confrontées à la complexité de la production de masse. Par exemple, la société Canoo, qui prévoyait de commercialiser un van électrique, a prévenu au mois de mai qu’elle risquait de manquer de liquidité.

En plus de la pénurie de semi-conducteurs qui ne fait qu’empirer les choses, ces entreprises doivent aussi faire face aux géants historiques du secteur qui se lancent à leur tour dans l’électrique. Outre-Atlantique, c’est notamment le cas de Ford et de General Motors qui ont chacune investi massivement dans des usines pour booster leur production.

Espérons que malgré ces nombreux obstacles, Rivian pourra livrer ses véhicules d’ici 2030. Si la marge est encore longue, on ignore encore combien de temps durera la pénurie de semi-conducteurs ; l’avenir de la situation économique mondiale est lui aussi incertain… Ces deux facteurs sont primordiaux pour la bonne santé de Rivian.