Rolls-Royce, le constructeur automobile britannique, a annoncé les 18 et 19 juillet, la signature de deux partenariats, l'un avec Hyundai, constructeur automobile sud-coréen, et l'autre avec easyJet, la compagnie aérienne britannique low cost. Ces deux collaborations viennent nourrir un objectif commun de Rolls-Royce : développer des moteurs fonctionnant à l'hydrogène d'ici une à deux décennies pour décarboner le transport aérien.

Les systèmes de propulsion utilisant des piles à hydrogènes ont pour avantage d'être des sources d'alimentation embarquées n’émettant aucune émission de CO2, tout en étant silencieuses.

Cap vers une voiture volante grâce au partenariat entre Rolls-Royce et Hyundai

Dans le cadre du salon aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, Rolls-Royce et Hyundai ont signé un premier accord afin de développer conjointement une mobilité aérienne avancée (AAM). Le concept d'AAM réunit tout véhicule volant permettant le déplacement de marchandises ou d'individu dans un périmètre urbain.

On retrouve par exemple les drones utilisés dans les services de livraison développés par Alphabet ou Amazon, ou alors les fameux eVTOL, ces taxis volants qui pourraient simplifier les transferts aéroport/centre-ville dont le concept a déjà été étudié par Rolls-Royce.

L'objectif du partenariat entre les deux constructeurs automobiles est d'apporter la propulsion entièrement électrique et la technologie des piles à combustible fonctionnant avec de l'hydrogène sur le marché AAM. Hyundai est déjà très avancé dans le domaine des piles à hydrogènes et a dernièrement annoncé la sortie prochaine de la N Vision 74, sa voiture à hydrogène.

La voiture Hyundai N Vision 74.

Ce véhicule, ressemblant fortement à la DeLorean de Retour vers le Futur, fonctionne à l'aide d'un moteur électrique et d'un moteur à hydrogène, ce que l'équipe de Hyndai N appelle un « hybride hydrogène ». Photographie : Hyundai.

De son côté, Rolls-Royce apportera son savoir-faire en matière d'aviation et d'obtention de certification pour accélérer le développement et l'utilisation de systèmes de propulsion fonctionnant à l'hydrogène. Pour Shin Jai-won, président en charge de l'activité AAM pour Hyundai, la pile à combustion à hydrogène « sera la technologie clé pour soutenir l'objectif de l'industrie aéronautique mondiale de voler sans carbone d'ici 2050 ».

Rolls-Royce veut construire un moteur à hydrogène adapté aux avions avec easyJet

Concevoir, tester et proposer un concept précoce de moteur à hydrogène, voilà l'objectif assumé du partenariat entre easyJet et Rolls-Royce, baptisé H2ZERO pour l'occasion. Ce partenariat est l'aboutissement d'un programme de recherche commun ayant commencé en 2021 et s'inscrivant dans le programme « Race to Zero » piloté par l'Organisation des Nations unies (ONU). L'objectif étant toujours d'atteindre des émissions nulles en carbone d'ici 2050 dans le transport aérien.

Rolls-Royce apportera son expertise en matière de développement de moteurs à hydrogènes, un savoir qu'elle développera grâce à son partenariat avec Hyundai. D'un autre côté, easyJet investira directement dans le programme d'essai et apportera toutes ses connaissances autour du secteur de l'aéronautique et de la régulation aérienne.

H2ZERO permettra de mettre en place de deux essais au sol d'un concept de moteur à hydrogène au Royaume-Uni d'ici la fin de l'année, en collaboration avec les universités de Cranfield et de Loughborough. À partir des résultats de ces tests, les deux firmes pourront peaufiner leur système de propulsion par hydrogène et passer ainsi, à l'étape des essais en vol. Les deux entreprises souhaitent que leurs moteurs à hydrogènes puissent être utilisés dans une ou plusieurs gammes d'avions d'ici 2035.