Roland Cloutier, responsable monde de la sécurité de TikTok va quitter son poste dans un peu plus d’un mois, selon un communiqué du 15 juillet. Ce départ à un poste stratégique intervient dans un contexte troublé pour le réseau social aux États-Unis. Une enquête de BuzzFeed News a relancé les accusations sur le risque d’espionnage par la Chine des données des utilisateurs américains.

Un départ lié à la gestion des données aux États-Unis

Dans un message adressé aux employés de TikTok, Roland Courtier a salué les « progrès significatifs » de ses équipes « pour tenir les promesses que nous avons faites à notre communauté mondiale, à nos partenaires commerciaux et aux gouvernements du monde entier », depuis son arrivée à ce poste, deux ans plus tôt.

Le cadre de TikTok ne devrait pas quitter l’entreprise, mais prendre un rôle de conseiller sur « l’impact commercial des programmes de sécurité et de confiance » informe le réseau social. L’intérim à son poste sera assuré par Kim Albarella, actuelle responsable risque sécurité, assurance des fournisseurs et des clients.

Le réseau social de ByteDance ne cache pas que ce remaniement est lié à la protection des données des utilisateurs américains de la plateforme. Dans un message accompagnant l’annonce de Roland Courtier, Shou Zi Chew, PDG de TikTok, a fait savoir que « la portée du rôle du responsable mondial de la sécurité » sera modifiée par « la création d'un nouveau département chargé de gérer les données des utilisateurs américains pour TikTok ». Il explique que Roland Courtier n’était pas impliqué dans cette nouvelle division, directement sous sa direction.

Habitué à être pointé du doigt depuis l’administration Trump pour la gestion de ses données américaines, TikTok s’est de nouveau retrouvé au cœur d’une tempête politique. En juin, BuzzFeed News, sur la base des enregistrements de plus de 80 réunions du groupe, a révélé que les employés chinois de ByteDance avaient toujours accès aux données américaines, malgré les promesses de l’entreprise.

TikTok de nouveau ciblé par les élus républicains

Plusieurs sénateurs, dont Mark Warner, président de la commission sénatoriale du renseignement, ont réclamé l’ouverture d’une enquête. L’un des membres de la Commission fédérale des communications (FCC), Brandan Carr, a demandé à Google et Apple de retirer l’application de leurs boutiques.

De son côté, TikTok a répété ce qu’il a toujours affirmé, à savoir qu’aucune donnée américaine n’a été transmise au pouvoir chinois. Le réseau social est toujours sous le coup d’une enquête du Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis, avec lequel il affirme travailler en bonne intelligence.

En parallèle de cette nouvelle affaire, TikTok a annoncé avoir commencé le transfert de l’ensemble des données américaines vers les centres de données d’Oracle. Dans un courrier adressé aux sénateurs républicains, Shou Zi Chew avait rapporté travaillé sur un « Texas Project ». Il assurait que ce dernier vise à « réaliser des progrès substantiels en vue de se conformer à l'accord final conclu avec le gouvernement américain, qui permettra de protéger pleinement les données des utilisateurs et les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis ».