La pénurie de semi-conducteurs n'empêche pas TSMC (Taïwan Semiconductor Manufacturing Company) de réaliser des bénéfices records. Au cours du deuxième trimestre 2022, le plus grand fabricant de puces a déclaré que ses bénéfices avaient augmenté de 76% par rapport à la même période l'année dernière.

Le chiffre d'affaires de TSMC a bondi de 43,5% en un an

Le chiffre d'affaires trimestriel de TSMC a bondi de 43,5% en un an pour atteindre environ 17,8 milliards de dollars. Même si le fabricant taïwanais se prépare à des évolutions structurelles dans les mois à venir, les perspectives à long terme sont bonnes. Les bénéfices records réalisés sur la période qui vient de s'écouler sont dus aux stocks excessifs que ses clients souhaitent accumuler. Ces chiffres vertigineux sont notamment liés à la hausse du coût des matières premières et à l'augmentation des prix pratiqués par TSMC.

Wendall Huang, le directeur financier du groupe, estime que TSMC n'est pas à l'abri de l'inflation. En termes de répartition des ventes, la technologie en 5 nm (nanomètres) a contribué à 21% du chiffre d'affaires de TSMC au cours deuxième trimestre. 30% des revenus proviennent des puces en 7 nm. Le fabricant de semi-conducteurs indique que, par anticipation, ses clients réalisent des stocks excessifs. Il s'agit d'un facteur qui a pu conduire aux bénéfices records réalisés par le groupe.

L'avenir des sociétés tech en danger ?

TSMC s'attend à ce que son chiffre d'affaires du troisième trimestre soit d'environ 20,6 milliards de dollars. La direction se dit confiante dans les perspectives de croissance à long terme. L'entreprise taïwanaise est également bien positionnée pour tirer parti de la 5G et du calcul haute performance. Concrètement, la demande en puces pour l'électronique grand public devrait se déplacer vers une demande pour des centres de données et les constructeurs automobiles à mesure que l'économie mondiale décline. Des facteurs encourageants selon TSMC.

Avec la crise, les actions de TSMC sont en baisse de plus de 20% depuis le début de l'année. Avec la publication de ce dernier rapport, elles ont connu une légère hausse de 3%. Tous les regards sont tournés vers les géants de la tech à l'heure où la saison des résultats financiers commence. De nombreux experts s'attendent à des ralentissements conséquents pour les entreprises qui opèrent dans le domaine des nouvelles technologies.

Certaines sociétés sont même obligées de geler les embauches. Récemment, Scopelec, un sous-traitant d’Orange, a même annoncé une vague de licenciements. Même chose du côté de Netflix avec 300 licenciements supplémentaires annoncés fin juin.