Dans une note interne envoyée à ses employés, le PDG de Google, Sundar Pichai, a annoncé des temps plus difficiles pour l’entreprise, et expliqué qu’il leur faudrait probablement travailler davantage. Globalement, le monde de la tech est très affecté par la situation économique mondiale.

Google va se serrer la vis

« Les perspectives économiques mondiales incertaines ont été au cœur des préoccupations. Comme toutes les entreprises, nous ne sommes pas à l'abri des vents contraires de l'économie. Ce qui me tient à cœur dans notre culture, c'est que nous n'avons jamais considéré ce type de défis comme des obstacles. Au contraire, nous les avons vus comme des occasions de nous concentrer davantage et d'investir à long terme », explique Pichai dans la note qui a été relayée par le média The Verge.

Il annonce ainsi qu’après avoir recruté près de 10 000 personnes lors du second trimestre 2022, Google va ralentir les embauches. « Pour le reste des années 2022 et 2023, nous concentrerons nos recrutements sur l'ingénierie, la technique et d'autres rôles critiques, et nous nous assurerons que les grands talents que nous embauchons sont en phase avec nos priorités à long terme », continue-t-il. Les propos qui ont suivi donnent le ton.

Sundar Pichai demande en effet à ses employés de « faire preuve d'un plus grand esprit d'entreprise », et de travailler avec « une plus grande urgence, une plus grande concentration et une plus grande faim que ce que nous avons montré lors des jours plus ensoleillés ».

La croissance de Google en baisse

Comme le précise CNBC, Google a historiquement grandement investi dans la recherche et le développement ; mais dans les mois à venir, l’entreprise devrait être plus vigilante sur ses dépenses. « Dans certains cas, cela signifie consolider les investissements qui se chevauchent et rationaliser les processus », écrit le PDG. Dans d'autres, il s'agira de « suspendre le développement et de redéployer les ressources vers des domaines plus prioritaires », ajoute-t-il.

Pour rappel, la croissance de la firme de Mountain View a ralenti au premier trimestre de 2022, en passant de 34 % sur la même période de 2021 à 23 %. Les actions en bourse d’Alphabet, maison-mère de Google, ont par ailleurs chuté de 21 % depuis le début de l’année. C’est d’ailleurs le cas d’une grande partie du secteur technologique : les investisseurs se détournent en effet des valeurs qui ont alimenté le marché de la dernière décennie.

Tout le secteur de la tech est touché

Les propos de Sundar Pichai ne sont absolument pas inédits. Depuis plusieurs mois, les big tech annoncent des restrictions ou des ralentissements dans leurs politiques de recrutement et, dans les cas les plus incertains, elles n’hésitent pas à licencier du personnel.

C’est notamment le cas de Netflix qui a dû se séparer de plusieurs centaines de ses salariés, mais également de Coinbase qui a annoncé le licenciement de 1 100 employés, ainsi que de Unity. De son côté, Elon Musk a prévu le limogeage de 10 % des effectifs de Tesla après avoir eu un « mauvais pressentiment » sur l’économie mondiale. D’autres géants comme Spotify et Microsoft ont décidé de ralentir leur campagne de recrutements.

Enfin, Mark Zuckerberg a également rédigé une note interne afin de préparer les employés de Meta à des temps difficiles. De la même manière que le PDG de Google, il leur a notamment indiqué qu’ils n’étaient pas assez performants à son goût, et que les recrutements seraient en partie gelés.