Twitter a déclaré, le 11 juillet, que l’abandon d’Elon Musk de son projet d’acquisition du réseau social pour 44 milliards de dollars est « invalide et injustifié ». Les avocats de l’entreprise californienne affirment que l’accord est toujours en cours.

Twitter veut conclure l’accord

Twitter est bien déterminé à ne pas céder face au dirigeant de Tesla. Quelques jours auparavant, le 8 juillet, Elon Musk revenait sur le rachat du réseau social initié fin avril. Les avocats du milliardaire accusent la société basée à San Francisco de ne pas avoir fourni les données nécessaires pour évaluer le nombre de faux comptes présents sur la plateforme. Si chaque trimestre depuis 2014, Twitter signale moins de 5 % de comptes spams, pour Elon Musk ce nombre serait plutôt aux alentours des 20 %.

Dans une lettre de réponse, William Savitt, avocat de Twitter travaillant pour le cabinet Wachtell, Lipton, Rosen & Katz, écrivait que « Twitter n’a enfreint aucune de ses obligations en vertu de l’accord, et n’a pas subi et n’est pas susceptible de subir un effet défavorable important. Comme cela a été fait au cours des derniers mois, Twitter continuera à fournir les informations raisonnablement demandées par M. Musk en vertu de l’accord et à prendre avec diligence toutes les mesures nécessaires pour conclure la transaction ».

Bret Taylor, président du conseil d’administration de Twitter, a expliqué dans un tweet que « le conseil d’administration de Twitter s’est engagé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus avec M. Musk et prévoit d’engager une action en justice pour faire respecter l’accord de fusion. Nous sommes convaincus que nous obtiendrons gain de cause devant la Cour de la Chancellerie du Delaware ».

Si la transaction n’arrive pas à son terme, Elon Musk devra s’acquitter d’un versement d’un milliard de dollars de frais de résiliation.

Le début d’une bataille juridique

Depuis qu’Elon Musk est devenu le premier actionnaire de Twitter début avril, la valeur de l’action du réseau social n’a cessé de chuter. Elle est passée de 50,98 dollars le 5 avril à 32,65 dollars lors de la clôture de la Bourse de Wall Street le 11 juillet. C’est bien moins que les 54,20 dollars par action promis par Elon Musk pour le rachat de l’entreprise.

Les réponses des deux parties ces derniers jours marquent le début d’une bataille judiciaire qui s'annonce mouvementée. En attendant le dénouement de cette affaire, qui pourrait prendre encore quelques mois, Elon Musk continue de faire ce qu’il sait faire de mieux : se payer la tête des dirigeants du réseau social au travers de tweets sarcastiques.