Le géant américain du retail compte bien remplacer sa flotte de milliers de camions de livraison polluants par des vélos-cargos électriques. Un test à grande échelle est actuellement en cours au Royaume-Uni. Ce projet vise à aider Amazon à atteindre ses objectifs climatiques : 50% de livraisons propres d'ici 2030.

Amazon teste des vélos-cargos électriques à Londres

Amazon a lancé son premier « centre de micro-mobilité » au Royaume-Uni dans le but de remplacer l'intégralité de ses camions de livraison. La firme américaine a décidé de commencer par le quartier londonien de Hackney. Rien que dans cette zone, l'entreprise affirme qu'elle livrera un million de colis par an en utilisant la marche et les vélos-cargos électriques, en plus des livraisons effectuées avec des camionnettes électriques.

Dans la même catégorie

Selon Amazon, les livreurs qui utilisent les vélos-cargos électriques contribueront à remplacer des milliers de trajets traditionnels en camions. À Londres, dans certaines zones de la ville, les véhicules thermiques sont soumis à une taxe en fonction de la quantité d'émissions qu'ils produisent. Les véhicules électriques sont évidemment exemptés de cet impôt. Le géant américain a précisé vouloir ouvrir d'autres centres de micro-mobilité comme celui-ci dans les mois à venir.

Objectif : 50% de livraisons propres d'ici 2030

Au Royaume-Uni, la société exploite déjà 1 000 camionnettes électriques. Pour étoffer sa flotte, Amazon prévoit de se fournir chez Rivian aux États-Unis. Les vélos-cargos électriques actuellement utilisés à Londres ont été conçus pour ressembler à des mini-camions. Ils sont de plus en plus populaires auprès des entreprises de livraison qui cherchent à améliorer leur réputation en matière d'environnement. FedEx utilise également des vélos-cargos électriques à Londres. À New York, les vélos électriques sont presque exclusivement utilisés par les livreurs de nourriture.

À Paris, c'est la même chose : les deux-tiers des livraisons traitées par Amazon Logistics dans la capitale sont réalisées avec des transports neutres en carbone, à l’instar de vélos utilitaires, de véhicules électriques ou même à pied. À Londres, les vélos-cargos d'Amazon ont été conçus par une start-up appelée Eav. Pour le moment, il n'y a pas de déploiement à grande échelle de prévu. Ce test reste assez confidentiel mais c'est tout de même un bon signal envoyé par Amazon. Si le géant américain persiste et tient sa promesse, cela pourrait avoir un réel impact sur la pollution à travers le monde et inciter d'autres entreprises à lui emboiter le pas.