La société américaine Mojo Vision a annoncé ce 28 juin, via son blog, qu’un prototype de ses lentilles connectées était fonctionnel. Les Mojo Lens, de leur nom, veulent reproduire l’utilisation qui est faite des lunettes de réalité augmentée, mais de manière plus discrète. Le PDG de l’entreprise, Drew Perkins, pense que d’ici dix ans ces lentilles pourraient être largement commercialisées et aider à la réalisation de tâches quotidiennes.

Le plus petit écran jamais créé

Depuis peu, les lunettes de réalité augmentée (AR) comme les Nreal Air de Nreal, font leur arrivée sur le marché. Malgré les prouesses technologiques qu’elles représentent en termes de miniaturisation électronique, elles restent très imposantes et voyantes par rapport à des lunettes classiques. Mojo Vision voudrait changer cela avec ses lentilles, les Mojo Lens, beaucoup plus discrètes.

L’entreprise basée à Saratoga, en Californie, vient de dévoiler que le prototype des Mojo Lens est fonctionnel. Le PDG, Drew Perkins, a été la première personne à pouvoir les essayer.

La lentille connectée, qui mesure 0,5 millimètre de diamètre, est constituée d’un écran micro-LED et d’un processeur ARM M0, permettant un affichage de 14 000 pixels par pouce. Selon Perkins, il s’agit « du plus petit et plus dense écran jamais créé pour du contenu dynamique ». Les Mojo Lens ont demandé des efforts considérables pour la miniaturisation des composants et utilisent une « micro-batterie de qualité médicale » pour le système d’alimentation.

Lentille Mojo Lens de Mojo Vision.

Pour le moment il n'est possible de porter qu'une seule lentille Mojo Lense à la fois. Image : Mojo Visions.

Un prototype de lentilles encore encombrant

L’objectif de ces lentilles est d’afficher des éléments en réalité augmentée dans le champ de vision de l’utilisateur. Pour ce faire, elles utilisent un magnétomètre, pour afficher une boussole, ainsi qu’un accéléromètre et un gyroscope pour suivre le mouvement de l'œil. Cette fonctionnalité d’eye-tracking est indispensable puisqu’elle permet de toujours afficher les éléments AR au bon endroit, en fonction de la direction du regard de l’utilisateur.

Même si à première vue les Mojo Lens sont plus discrètes que des lunettes connectées, ce prototype ne l'est pas vraiment. Pour le moment, l’appareil nécessite le port d’un dispositif autour du cou de l’utilisateur qui fait office « d’accessoire relais ». Ce collier contient un émetteur qui effectue un échange de données avec la lentille pour garantir son fonctionnement et faire des relevés d’informations nécessaires aux développements des lentilles.

En l’état, le dispositif n’est pas encore prêt à être commercialisé, mais le dirigeant de Mojo Vision pense que d’ici dix ans les lentilles connectées seront largement disponibles pour les consommateurs. Selon lui, elles seront utilisées pour assister les personnes dans leurs déplacements, ainsi que pour des activités sportives et professionnelles.

Bien que pour le moment une seule lentille puisse être portée à la fois, l’entreprise prévoit de développer la possibilité d’en porter deux simultanément. Cela permettra un affichage d’éléments en 3D, augmentant les applications et la précision de cette technologie.