Les salariés de Meta ont dû frémir. Un mémo inquiétant signé Chris Cox, chef de produit de l’entreprise, a été diffusé sur la messagerie interne le 30 juin et récupéré par Reuters. Il affirme que des employés ne sont pas assez performants au goût de la direction, qu’une partie des embauches sera gelée et prédit un avenir immédiat particulièrement sombre. Des positions confirmées dans la foulée au cours de la séance de question-réponse hebdomadaire de Mark Zuckerberg.

10 000, c’est le nombre d’ingénieurs que Meta avait prévu d’embaucher en 2022. L’entreprise avait déjà annoncé que ces embauches allaient ralentir en mai, c’est maintenant chiffré, 30% de recrutement ne seront pas concrétisés, au minimum. Chris Cox a prévenu les salariés que « les équipes ne doivent pas s'attendre à un afflux massif de nouveaux ingénieurs et de budgets ».

Dans un écho des plus inquiétants Chris Cox a commencé, par l’intermédiaire de son mémo, à « souligner » que Meta traverse « une période difficile et que les vents contraires sont violents ». Mark Zuckerberg a pris le relais pour parier sur « l'une des pires récessions » à venir.

L'ambiance chez Meta n'est pas au top…

Depuis la première perte d’abonnés de Facebook lors du dernier trimestre de 2021, suivi d’un effondrement en bourse, Meta est en difficulté. Outre le nombre d’utilisateur, la fin du suivi sur les appareils Apple a coûté cher à l’entreprise : la publicité numérique basée sur ce suivi est la principale source de revenu de Meta. Enfin, le contexte économique général est au ralentissement voire à une récession, également pronostiquée par Elon Musk.

Une succession de mauvaises nouvelles pile au moment où Meta concentre son énergie sur son métavers et surtout les périphériques pour y accéder. C’est aussi concomitant à l'arrivée de la concurrence redoutable de TikTok. Face à ce défi, Meta est condamné à innover, pour éviter de voir les pertes d’abonnés se perpétuer.

Meta est manifestement décidé à mettre ses salariés en ordre de bataille. Chris Cox a exigé « des priorités plus impitoyables » et des équipes « plus légères, plus méchantes et plus performantes ». Mark Zuckerberg est allé encore plus loin en déclarant « En augmentant les attentes, en fixant des objectifs plus ambitieux et en faisant monter un peu la pression, j'espère que certains d'entre vous décideront que cet endroit n'est pas fait pour eux, et je suis d'accord avec cette autosélection ».

En marge de ces discours, au potentiel mobilisateur questionnable, Chris Cox a fixé les différentes priorités pour l’entreprise. En quelques mots : favoriser la croissance des Reels et leur monétisation, ajouter des options d’achat in-app y compris dans la messagerie, préparer la sortie du casque Cambria et multiplier par cinq les processeurs graphiques des centres de données de Meta, pour rendre les Intelligence Artificielle de recommandation les plus performantes possibles. Des priorités pour répondre aux défis immédiats de Meta dans l’espoir d'une éclaircie à l'horizon.