Depuis quelques jours Facebook et Instagram suppriment les publications des internautes qui proposent de l'aide pour accéder à des pilules abortives. En réponse à ces accusations, Meta cite sa politique en matière de médicaments.

Facebook et Instagram suppriment les messages sur les pilules abortives

À la suite de l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême des États-Unis, les utilisateurs des réseaux sociaux ont partagé des dizaines de milliers de messages dans lesquels ils proposent d'envoyer des pilules abortives aux personnes dont l'accès à l'avortement a été supprimé ou le sera bientôt. Cependant, ces publications ne sont pas tolérées par Facebook et Instagram. Certains posts sont même supprimés en quelques secondes. Un journaliste de The Verge a fait le test : sa publication a tenu deux minutes avant d'être signalée.

Pour justifier cette politique, Meta cite sa réglementation au sujet de la vente, du don et du transfert d'armes à feu ou de marijuana qui sont également interdits par la même section. Dans ce règlement, le groupe de Mark Zuckerberg a également  inclus les produits pharmaceutiques et donc les pilules abortives. Le journaliste de The Verge a fait le même test avec une publication dans laquelle il proposait d'envoyer des armes à feu et de la marijuana. Celle-ci n'a pas été signalée ni supprimée. De quoi soulever de nombreuses inquiétudes aux États-Unis.

Un choc puissant pour la société américaine

Alors que nous avons appris que les autorités pourraient accéder aux données des femmes soupçonnées d’avoir avorté pour les condamner, le grand bond en arrière imposé vendredi 24 juin par la Cour suprême, avec la fin de l’avortement comme droit constitutionnel, a ranimé le spectre des « faiseuses d’ange » et des pratiques clandestines. C'est un choc puissant dans la société américaine. Ce qui paraissait acquis ne l’est plus. La bataille des pilules abortives dépasse les disparités territoriales. Si les réseaux sociaux sont effectivement des plateformes essentielles pour faire connaître les ressources disponibles en matière d'avortement, la politique de Meta est ambiguë.

Le compte d'Abortion Finder, un site qui permet aux femmes qui souhaitent avorter de rechercher un professionnel de santé, a été brièvement suspendu d'Instagram dimanche. Le compte a depuis été rétabli. Le directeur de la communication de Meta, Andy Stone, a admis avoir « découvert quelques cas d'application incorrects de la politique du groupe au sujet de l'achat et de la vente de produits pharmaceutiques ». Il a déclaré que les équipes de Meta étaient en train de corriger ces cas. En signalant le contenu relatif à l'envoi de pilules abortives, Facebook pourrait empêcher que cette information parvienne aux personnes qui en ont besoin.