L’outil CrowdTangle sert à mesurer avec précision l'audience des publications sur les réseaux sociaux. Lancé en 2012, les médias d’information l’ont longtemps utilisé pour savoir quels types de contenus intéressaient leurs lecteurs sur Twitter, Facebook et Instagram. Racheté par Meta (anciennement Facebook) en 2016, CrowdTangle est devenu incontournable pour certains chercheurs qui étudient les phénomènes de viralité en ligne. L’application prévoit de faire ses adieux prochainement.

CrowdTangle est devenu le meilleur ami des médias sur les réseaux sociaux

Meta a arrêté le suivi de CrowdTangle selon une information partagée par Bloomberg ce 23 juin et prévoit de le supprimer complètement. Facebook avait racheté cet outil en 2016, initialement conçu pour aider des activistes à organiser leurs actions sur Facebook via un espace en ligne dédié. Les cofondateurs, Brandon Silverman et Matt Garmur, ont vite compris que cet usage de leur création ne leur rapporterait pas d’argent.

Dans la même catégorie

Ils ont pris le pari de détourner la fonctionnalité de mesure des interactions sur les publications pour faire de CrowdTangle un service d’analyse de l’audience. Les médias d’information ont été rapidement séduits par un tel outil qui offre un tableau de bord donnant une vue d’ensemble sur les publications fonctionnant le mieux sur Twitter, Facebook et Instagram.

De nombreux médias ont commencé à l’utiliser pour comprendre quels sont les sujets qui suscitent le plus d'interactions sur chaque réseau social. Les marques et les associations utilisent aussi ces outils pour gérer leur communication sur les réseaux sociaux.

Un outil qui garantissait un minimum de transparence

The Verge rapporte que CrowdTangle est très utilisé par des chercheurs pour étudier la viralité de contenus sur Facebook. Des chercheurs de l’université de New York, en collaboration avec l’université de Grenoble, ont pu déterminer (pdf) que les contenus de désinformation sur Facebook ont six fois plus d'interactions que les informations de sources vérifiées.

Grâce à CrowdTangle, Kevin Roose, journaliste pour le New York Times, a mis en évidence l’engagement plus fort pour les médias de droite sur Facebook. Une réalité qui est selon lui en contradiction avec les rapports officiels de Facebook sur ce sujet.

Alors que CrowdTangle apparaît comme un outil plébiscité par de nombreuses personnes, sa disparition prochaine pourrait être liée à un désaccord interne. Il règne au sein de l’entreprise une « guerre pour les données » qui concerne la quantité d’informations que l’entreprise devrait rendre publique. Un désaccord qui avait conduit en octobre 2021 au départ du cofondateur de l’application, Brandon Silverman.

Bloomberg rapporte que l’outil aurait dû disparaître plus tôt, mais que le Digital Services Act européen a ralenti le processus. En effet, les réseaux sociaux sont scrutés avec intérêt par les régulateurs européens, notamment pour garantir la transparence des algorithmes de recommandation. CrowdTangle est justement l’un des derniers outils qui permettait de comprendre efficacement le fonctionnement de Facebook. Meta travaillerait déjà à l’élaboration d’un remplaçant, mais certaines voix se lèvent car celui-ci serait accessible uniquement aux scientifiques, laissant les journalistes sur la touche.