Tianyancha, une société chinoise regroupant des données d’entreprises, a révélé que ByteDance aurait racheté, dans la semaine du 20 juin, PoliQ, une start-up spécialisée dans la réalité virtuelle (VR). La transaction, qui témoigne d’un intérêt grandissant du géant chinois pour le métavers, s’élèverait à « des dizaines de millions de yuans ».

PoliQ racheté par ByteDance

PoliQ, derrière la plateforme sociale virtuelle Vyou, vient grossir les rangs de la branche dédiée à la réalité virtuelle de ByteDance. La start-up fraîchement acquise va être absorbée par Pico, une entreprise concevant des casques VR, elle-même rachetée au mois d’août 2021 par le mastodonte de l’Empire du Milieu. Le rachat de Pico avait marqué l’entrée de ByteDance dans le domaine de la réalité virtuelle.

Dans la même catégorie

L’acquisition de PoliQ s’accompagne d’une restructuration des équipes de Pico, le troisième plus grand fabricant de casques VR au monde. Ma Jiesi, fondateur de PoliQ, va être nommé à la tête des innovations VR. Cet ancien directeur chargé de la réalité virtuelle chez Xiaomi a participé, en 2018, à l’élaboration d’une collaboration entre le géant de l’électronique et le constructeur de casques Oculus. Il a ensuite lancé la version chinoise de l’Oculus Go de Facebook qui est devenu, par la suite, l’un des dispositifs VR les plus vendus sur le marché chinois.

ByteDance veut créer son métavers

Alors que la notion de métavers continue de gagner en ampleur et que certaines entreprises chinoises comme Baidu se positionne sur ce marché grandissant, ByteDance veut elle aussi sa part du butin. En investissant dans Pico puis PoliQ, elle compte développer de nouveaux appareils de réalité virtuelle qui serviront de point d’accès à cet univers numérique.

Pour développer sa propre vision du métavers, la société basée à Pékin s’est associée à Qualcomm en mars 2022. Ce partenariat avec l’entreprise américaine, connu pour ses processeurs, doit aider ByteDance à développer des technologies immersives, le matériel et les logiciels qui serviront à l’élaboration de ce monde virtuel interconnecté. Une alliance qui pourrait lui permettre de rattraper son retard face à ses concurrents locaux Tencent et Baidu.

Le concept de métavers reste, à ce jour, encore très nébuleux. C’est pour cela que de grands noms du milieu tels que Meta, Microsoft, Epic Games ou encore Nvidia ont formé le consortium Metaverse Standards Forum. Son objectif est de définir les règles et les normes qui composeront le métavers de demain. Cela dans le but de s’assurer que les différents univers soient interopérables tout en étant le plus accessibles possible. Si certaines entreprises chinoises étaient également de la partie comme Huawei, ce n’est pas le cas de ByteDance qui n’est est, pour le moment, qu’aux prémices du développement de son métavers.