Il y a quelques jours, BMW a officiellement ouvert sa première usine de véhicules électriques en Chine. Celle-ci aura coûté 15 milliards de yuans, soit l'équivalent de 2,1 milliards d'euros. BMW compte bien rattraper Tesla et les constructeurs chinois qui se sont spécialisés dans les véhicules électriques.

BMW mise sur l'électrique en Chine

Baptisée Lydia, cette nouvelle usine est située dans la ville de Shenyang, au nord-est du pays. Il s'agit de la troisième usine de BMW en Chine, mais c'est la première qui se spécialise dans la fabrication de véhicules électriques. Cette usine représente également le plus gros investissement du constructeur allemand en Chine. L'usine a été pensée pour ne fabriquer que des véhicules électriques ainsi que des moteurs à combustion traditionnels. La production de l'i3 de BMW, une berline sportive de taille moyenne entièrement électrique, a même déjà démarré depuis quelques jours.

Selon Jochen Goller, président et CEO de BMW Group en Chine, « l'expansion de notre de production en Chine montre que nous nous préparons à une nouvelle croissance sur le plus grand marché de la voiture électrique au monde et que nous sommes confiants dans les perspectives à long terme de la Chine. Nous intensifions nos efforts car nos analyses montrent que d'ici 2025, les véhicules entièrement électriques représenteront un quart des ventes ». Pourtant, la réalité c'est que BMW a du retard en Chine. Sur ce gigantesque marché, le plus grand du monde, son rival américain Tesla a pris de l'avance.

L'allemand veut se frotter à Tesla et aux constructeurs locaux

Les constructeurs automobiles européens, notamment BMW et Volkswagen, sont à la traîne. Ils l'ont bien compris et c'est pour cette raison qu'ils sont en train d'accélérer la cadence. La dernière usine de BMW porte la capacité de production annuelle du constructeur allemand en Chine à 830 000 voitures. Selon Ralf Brandstaetter, le patron de Volkswagen Passenger Cars, BMW sera en mesure de fabriquer 1 million de véhicules électriques par an en Chine en 2023. Comme les autres, le constructeur allemand doit néanmoins se plier aux règles du marché et subir les problèmes en matière de chaîne d'approvisionnement.

Le verrouillage des grandes villes chinoises au printemps 2022, notamment Shanghai, a entraîné de grandes perturbations sur le marché. Dans une interview publiée mercredi 22 juin, le patron de Tesla, Elon Musk, a déclaré que les composants nécessaires à la fabrication des véhicules dans les usines de l'entreprise à Austin et à Berlin, étaient bloqués en Chine. Selon lui, ces deux usines « perdent actuellement des milliards de dollars parce que des problèmes de chaîne d'approvisionnement entravent la production ».