Le 22 juin, dans une interview donnée fin mai à un club de propriétaires de voitures Tesla, Elon Musk a déclaré que les usines d’Allemagne et du Texas sont « de gigantesques gouffres à argent ». L’usine de Berlin avait entamé la production en mars dernier après avoir pris beaucoup de retard. À Austin, la gigafactory devait initialement renforcer les capacités de production de voitures sur le territoire américain. Pourtant, quelques semaines après leur ouverture, elles sont toutes les deux fortement handicapées par des problèmes d’approvisionnement.

Un problème d’approvisionnement en batteries

En réponse à la situation économique mondiale, le président de Tesla annonçait début juin vouloir réduire de 10% les effectifs de son entreprise. Un projet qui semble correspondre aux difficultés rencontrées par les usines du Texas et d’Allemagne. Une mauvaise nouvelle venue directement d’Elon Musk, déclarant fin mai que « Berlin et Austin perdent des milliards de dollars en ce moment, parce qu’il y a une tonne de dépenses et presque aucun rendement ».

Une situation causée par les difficultés financières rencontrées par Tesla et qui ont des effets directs sur ses usines. Parmi elles, les coûts de la logistique et des fournisseurs qui sont plus élevés à cause de l’inflation économique. Les restrictions sanitaires en Chine ont également eu des conséquences sur l’entreprise avec la fermeture temporaire de l’usine Tesla de Shanghai en avril. Un véritable coup dur : il s’agit de la gigafactory produisant le plus gros volume de voitures de la société.

Ces complications qui ont pour effet d’exposer les usines de Berlin et Austin à un problème d’approvisionnement en batteries pour y produire les Tesla Model Y. Tesla dépend surtout des batteries de petite taille fabriquées par des entreprises comme Panasonic précise le Wall Street Journal.

Pour réduire les coûts et minimiser ces problèmes d’approvisionnement, le constructeur veut fabriquer plus de batteries en interne. Cette période de transition de la chaîne d'approvisionnement en batterie coïncide avec le début de la production dans les deux usines. Elles ont donc du mal à se fournir en batteries pour produire suffisamment de véhicules et doivent donc ralentir le rythme.

Tesla a déjà entamé les licenciements

Le PDG s’interrogeait en mai sur la stratégie à adopter : « Notre préoccupation majeure est de savoir comment on garde les usines en fonctionnement pour qu’elles ne fassent pas faillite et qu’on puisse payer les personnes ». Depuis l’interview, des décisions radicales ont été prises par le constructeur. 500 employés de l’usine du Nevada, qui fabrique des batteries, ont été licenciés début juin. Loin des 10% annoncés, Tesla risque de poursuivre les licenciements.

Les analystes de FactSet s’attendent à ce que Tesla livre 273 000 véhicules au cours du second semestre 2022, moins que les 310 000 du premier trimestre. Il s’agirait de la première chute de livraison d’un trimestre à l’autre depuis ces deux dernières années. Tesla qui comptait produire son fameux Cybertruck dans l’usine texane d’ici 2023 pourrait une nouvelle fois reporter ses plans.