Les opérateurs de transports tentent de trouver de nouvelles façons de réduire leur empreinte carbone. Tandis que certains souhaitent concevoir des avions neutres en carbone, ou des voitures électriques, le secteur maritime prend le pas afin de trouver à son tour des solutions. L'idée privilégiée par la compagnie maritime bretonne Brittany Ferries est de se tourner vers les navires hybrides fonctionnant soit avec du gaz naturel liquéfié (GNL), soit à l'aide d'une batterie (donc grâce à l'électricité) ou bien grâce à la combinaison des deux.

Trois ferries hybrides viendront compléter la flotte de Brittany Ferries

C'est en 2016 que le président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries, Jean-Marc Roué, avait annoncé le renouvellement de sa flotte tout en effectuant une transition énergétique. Ainsi, entre 2020 et 2021, le Salamanca est devenu le premier ferry de la firme et le premier sous pavillon français à fonctionner grâce au GNL. Son sistership hybride, le Santoña, est prévu pour 2023.

Dans la même catégorie

Le 31 mai 2022, Brittany Ferries a annoncé dans un communiqué l'arrivée d'un navire hybride supplémentaire baptisé le Saint-Malo. Ce navire devrait rejoindre la flotte d'ici fin 2024 pour une exploitation commerciale prévue pour 2025. Ce bateau sera le premier de la firme qui opérera entre l'Angleterre et la France. Les deux traversées choisies pour l'occasion seront les liaisons au départ de Saint-Malo et Caen/Ouistreham afin de se rendre à Portsmouth.

Ce ferry sera pourvu de 10 ponts, naviguera à une vitesse moyenne de 23 nœuds (42,5 km/h) grâce à ses deux moteurs dotés d'une puissance de 13 740 kW chacun. Le Saint-Malo sera équipé d'une batterie avec une capacité de 11,5 MW/heure, soit environ le double de celles régulièrement utilisées pour la propulsion des navires hybrides actuels.

Deux accords avec Titan LNG et Wärtsilä pour des ferries hybrides

Dans le but de fournir le carburant de ses futurs navires hybrides, la Brittany Ferries vient de signer un accord sur le long terme avec Titan LNG, un fournisseur indépendant de gaz naturel liquéfié. Cette firme hollandaise fournira la compagnie maritime en GNL et en biométhane les trois ferries hybrides de la flotte. L’approvisionnement en GNL est prévu à quai en parallèle des opérations de chargement dans les créneaux horaires d’escale.

Selon la firme, l'utilisation du carburant GNL au lieu du gasoil marine (MGO) permettra de réduire les émissions locales à un niveau inférieur aux normes environnementales en vigueur, tout en réduisant les émissions de CO2 de 20 à 25 %. Ainsi, l'introduction du système hybride permettra d'atteindre à terme, une réduction des émissions de gaz à effet de serre comprise entre 10 et 20 %.

Britanny Ferries exploitera la technologie mise en place par la société finlandaise Wärtsilä. Son PDG, Hakan Agnevall, explique en quoi, selon lui, son modèle hybride est avantageux pour les ferries : « la grande taille de la batterie permettra aux navires de fonctionner à pleine puissance, en utilisant à la fois les hélices et tous les propulseurs pour manœuvrer sans émissions dans et hors des ports, même par mauvais temps ».

L'ensemble de ces partenariats devraient permettre à la compagnie maritime française d'élargir sa flotte de navires hybrides dans les prochaines années.