Selon une récente étude réalisée par FlatpanelsHD, un site spécialisé dans les téléviseurs, Samsung aurait trafiqué certains de ses produits pour obtenir de meilleures notes aux tests de luminosité. Dans le viseur des experts, le QN95B, un modèle haut de gamme du constructeur coréen.

Comment le QN95B a-t-il trafiqué les tests ?

Pour fausser les tests, l'enquête rapporte que le fabricant « augmenterait temporairement sa luminosité » au moment des tests pour fausser les mesures en sa faveur. Ce n'est un secret pour personne : depuis quelques années, Sony, LG, Panasonic et Samsung se battent sur l'argument de la luminosité. En effet, c'est l'un des critères que les fabricants de téléviseurs mettent le plus souvent en avant. Pourtant, Samsung aurait menti sur les capacités réelles de certains de ses téléviseurs.

Dans la même catégorie

Le fameux « pic lumineux » n'a quasiment aucune incidence pour les particuliers. Cependant, pour les productions télévisuelles et cinématographiques, cela peut faire la différence. Une excellente luminosité peut permettre « de mieux restituer les miroitements du soleil dans l’eau, ou la brillance d’un rayon laser ». Encore faudrait-il que les caractéristiques annoncées soient les bonnes. Pour réaliser ces tests, les experts s'intéressent à la luminosité maximale des téléviseurs.

À l'aide d'un rectangle blanc mesurant environ 10% de la surface de l’écran, ils mesurent le nombre de « nits », une unité d’intensité lumineuse. L'enquête réalisée par FlatpanelsHD rapporte que le téléviseur haut de gamme QN95B de Samsung serait capable de déjouer cette méthode « en détectant qu’un test est en cours et en augmentant sa luminosité de 80% de façon temporaire ». Les experts affirment que le téléviseur ne pourrait pas tenir ce niveau d'intensité sans subir des dommages.

Samsung a déjà fait la même chose avec un smartphone

Pour se rendre compte de cette supercherie, les journalistes ont utilisé un carré blanc qui ne recouvrait que 9% de la surface de l’écran. Avec cette technique toute simple, les performances passent de 2 300 nits à 1 300 nits, ce qui est déjà exceptionnel pour un téléviseur. D'après les auteurs du rapport, ce n'est pas la première fois que Samsung tente de biaiser les tests. Il y a en effet un précédent avec un smartphone. Au mois de mars 2022, le S22 a également été accusé de délivrer de fausses caractéristiques.

Le smartphone affichait des performances exceptionnelles avec des applications populaires comme 3Dmark ou Geekbench, mais cela n'avait plus rien à voir quand on passait sur des jeux qui auraient pu profiter d’une telle rapidité.  À l'époque, le fabricant avait justifié ces ralentissements en disant qu'ils permettaient d'éviter l’échauffement excessif du smartphone. Le coup de la surchauffe. Pas très original. Xiaomi, OnePlus, Huawei et Oppo se sont également fait prendre la main dans le sac pour les mêmes raisons.