Dix ans après le rachat de la société de robotique Kiva Systems, Amazon vient de présenter, lors de l’événement re:MARS, plusieurs systèmes automatisés pour ses entrepôts de logistique. Objectif : augmenter la productivité tout en garantissant la sécurité de ses employés.

Amazon présente quatre systèmes robotisés

Il y a un an, Amazon présentait quatre robots ayant pour objectif d’améliorer la sécurité de ses travailleurs, ils vont désormais être rejoints par d’autres dispositifs. Tous les systèmes dévoilés par le géant de l’e-commerce ont été développés en interne. « C'est du concret. Il y a une grande différence entre faire quelque chose dans un laboratoire ou quelque chose que vous montrez sur YouTube et quelque chose que nous déploierons dans nos centres de traitement des commandes », explique Tye Brady, technologue en chef d'Amazon Robotics, à Forbes.

Proteus, un robot entièrement autonome

L’entreprise a ainsi dévoilé Proteus, son premier robot mobile et entièrement autonome. Son objectif est de déplacer de grands chariots dans ses entrepôts, et il est surtout capable de se déplacer en évitant les humains se trouvant devant lui, contrairement aux autres systèmes robotisés d’Amazon.

Dans une vidéo de démonstration, on peut voir une personne se trouvant sur son chemin, obligeant le robot à la contourner. Proteus utilise le machine learning pour organiser les paquets et les charger dans le bon ordre.

Plus de scan manuel

Ensuite, Amazon a présenté un nouveau système censé faciliter le travail de ses employés. Grâce à une combinaison d'apprentissage automatique et d'un système de caméra à 120 images par seconde, ceux-ci n’auront plus besoin de scanner le code barre des colis manuellement : la technologie reconnaît d’elle-même l’étiquette, afin que le travailleur n’ait pas besoin de faire de pause pour la scanner.

Ce système a des ressemblances avec la technologie Just Walk Out mise en service dans les magasins Amazon Go et commercialisée auprès d’autres enseignes. « Cela semble si simple, et nous sommes si fiers parce que cela semble si simple », s’enthousiasme Tye Brady.

Un nouveau bras robotique baptisé Cardinal

La firme a également annoncé un système robotisé baptisé Cardinal. Il s’agit d’un bras robotique capable de soulever et de déplacer des colis pesant jusqu'à 15 kilogrammes. Le dispositif utilise l'intelligence artificielle et la vision par ordinateur pour sélectionner un colis dans une pile, le soulever et le placer dans un chariot, ce qui permet de trier les colis plus tôt et de réduire le risque de blessures.

Cardinal est une extension d’un autre dispositif baptisé Robin et présenté l’année dernière par Amazon.

Optimiser le rangement des conteneurs

Enfin, l’entreprise a développé un système robotisé afin d’optimiser le rangement des conteneurs. Comme l’explique Forbes, il modifie la façon dont les articles sont déplacés, en plaçant les conteneurs dans des conteneurs plus grands qui peuvent naviguer à travers l’entrepôt.

Un logiciel détermine quelle nacelle contient le conteneur avec le produit requis, où se trouve ce conteneur et comment le saisir et le tirer vers l'employé. Grâce à ce système, ce dernier évite de se pencher ou de grimper pour atteindre les objets dont il a besoin.

Sécurité… et productivité

Le géant de l’e-commerce espère déployer ces différents dispositifs dans ces entrepôts très prochainement. « Aujourd'hui, alors que nous ne sommes plus à la recherche de capacités physiques ou de personnel, nos équipes se concentrent sur l'amélioration de la productivité et de la rentabilité dans l'ensemble de notre réseau de traitement des commandes », explique Brady. Pour rappel, Amazon connaît quelques difficultés après avoir enregistré une croissance exponentielle durant la pandémie. Au premier trimestre 2022, la société a annoncé une perte nette de 3,8 milliards de dollars.

En plus d’augmenter la productivité, Amazon veut que ses systèmes robotisés garantissent plus de sécurité à ses employés. Il faut dire que la réputation de l’entreprise dans ce domaine n’est pas vraiment gracieuse ; un groupe de syndicats a affirmé que le taux de blessures des travailleurs dans les entrepôts Amazon est presque deux fois plus élevé que dans ceux des autres entreprises du même secteur. Néanmoins, si ces robots vont se charger de tâches pénibles, il se pourrait qu’ils créent un rythme très élevé et difficile à suivre pour les employés, note The Verge.

Il y a peu, les salariés d’un entrepôt new-yorkais d’Amazon ont voté pour former un syndicat. L’entreprise s’est formellement opposée à cela, et a même été accusée de pratiques illégales afin d’empêcher sa création.